Dans ce test, nous faisons une petite entorse au monde des coasters, mais ce n’est pas par hasard !

Pour re-situer le contexte

Sorti début novembre 2019, Planet Zoo a été développé par Frontier à qui l’on doit notamment (vous l’aurez deviné) Planet Coaster. Et vous verrez que les ressemblances ne se limitent pas à leur nom. Même si certains auraient préféré une extension ajoutant une dimension parc animalier − cela avait été fait pour Roller Coaster Tycoon 3 − les développeurs ont fait le choix d’un jeu à part. Un choix cohérent, Planet Coaster étant déjà un jeu très « lourd » à faire tourner.

Pas de coaster donc dans ce test, mais en consolation, on vous offre BenJ accompagné d’un nouvel acolyte qui prennent le relais dans la vidéo ci-dessous et qui découvrent avec vous ce nouveau jeu.

Planet Coaster…sans coaster

Sans surprise, les similitudes ne manquent pas entre Planet Zoo et son grand frère Planet Coaster. Notre dernier né reprend en fait toute l’architecture du jeu de simulation de parcs d’attraction, même interface, mêmes personnages, les mécaniques de terrain ou de pose des chemins et des décors sont sensiblement les mêmes. Vous aurez donc comme dans Planet Coaster une liberté totale pour façonner tous les décors que vous pouvez imaginer. Avides créateurs ou créatrices que vous êtes, vous ne serez pas en reste.

Frontier a poussé encore plus loin la modélisation. À commencer par les nombreux animaux disponibles qui sont criants de réalisme, tant dans leur apparence que dans leur comportement, vous ne pourrez que fondre en les observant évoluer dans leur environnement.

Un lémurien, ça grimpe !

De plus, chaque élément de décor à désormais une « dimension physique », vous pourrez ainsi voir les singes grimper aux arbres, les tigres sauter de rocher en rocher. Ces décors, de même que le terrain pourront servir d’alternative aux traditionnelles clôtures pour empêcher vos hôtes sauvages de s’échapper et de semer la panique. Vous voilà donc libre de créer les enclos les plus beaux et réalistes possible.

La météo fait aussi sont arrivée, animaux et visiteurs seront heureux de pouvoir s’abriter si une pluie tropicale survient. L’hiver, une fine pellicule blanche viendra recouvrir votre parc, une sublime métamorphose très bien réalisée. Les développeurs ont même pensé à modéliser l’intérieur des bâtiments techniques où vous pourrez observer vos employés en action…et les surveiller durant leur pause !

Les intérieurs sont modélisés et super sympas

Un peu de gestion quand même

L’aspect gestion n’a pas été mis de côté, à commencer par le bien-être des animaux qui occupe une place essentielle. Vous devrez vous assurer qu’ils ne manquent de rien : enclos assez grand, végétation et terrain adéquat, cohabitation, nourriture, soins et j’en passe. N’oubliez rien ou vous risquez de provoquer la colère de vos visiteurs.

Vos animaux une fois en bonne santé, pourront être remis en liberté afin d’améliorer la réputation de votre zoo et d’obtenir des points nécessaires pour adopter de nouvelles espèces. Une dimension éthique plus que bienvenue.

On retrouve d’autre part tout un tas de paramètres à gérer : employés, production électrique, traitement de l’eau des enclos, échanges d’animaux, génétique etc… Il ne faudra pas oublier par ailleurs de masquer les locaux et espaces techniques du regard du commun des mortels pour ne pas offenser vos visiteurs, tiens tiens, ça me rappelle un autre jeu ça…

Quelques problèmes issus de Planet Coaster

Quelques problèmes subsistent malheureusement, et semblent directement issus de Planet Coaster : les allées sont par exemple toujours un enfer à créer et à relier, notamment si le terrain n’est pas plat.

Ne pas oublier de désactiver les collisions…

De plus, le gameplay fait la part belle au micro-management, et il faut clairement le savoir avant de penser à acheter le jeu car certains aimeront, d’autres non. Gare à vous si vous passez trop de temps à créer un enclos, car le retour au reste du zoo peut surprendre (animaux morts, enclos surpeuplés, manifestants…). Notre petite astuce, c’est de laisser le jeu en pause lors de des phases de création…

En conclusion

Planet Zoo est au final un jeu très réussi. Des animaux attachants et très bien réalisés, une gestion complète (mais attention toutefois, il faut aimer le mico-management, très présent !). En reprenant de nombreux éléments à Planet Coaster, on retrouve dans Planet Zoo une très large liberté de création qui nous permettra de concevoir de sublimes enclos et décors.

Une émancipation qui, comme sur Planet Coaster, pourra cependant s’avérer très chronophage dès que vous souhaiterez pousser un peu la qualité de vos décors et qui risque de décourager certains. On pourra aussi reprocher aux jeu sa complexité de par la quantité de paramètres à gérer : il vous faudra parfois passer de pages en pages sur la Zoopédie incluse dans le jeu, et multiplier les clics dans l’interface pour trouver toutes les informations dont vous avez besoin. Une démarche parfois fatigante surtout lorsqu’on débute.

Malgré ces petites nuances, Planet Zoo reste complet et superbement réalisé, Frontier a su tirer pleinement parti de ses précédentes réalisations. Et même si on peut lui trouver, à notre grand malheur, un air de Planet Coaster amélioré mais sans coasters, on ne vous cache pas que ce nouveau terrain de jeu va nous occuper un bon moment.

Petit nid douillet…et beaux effets météo !

On résume !
Enfin de la vraie gestion...Réalisme des animaux et leurs comportementsGraphismes et textures très soignésGrande latitude de création
...beaucoup de micro-managementTrop nombreux clics parfois nécessairesQuelques bugs à corrigerOptimisation pour les grands zoos
3.7Amis des animaux, c'est pour vous !
Graphismes
Facilité de prise en main
Réalisme
Optimisation
Fun
Durée de vie