Mirapolis


Un peu d'histoire...

Une vue de Mirapolis, avec Gargantua au fond.Je ne pense pas vous étonner en vous disant que le principal intérêt de ce parc est sa fermeture précoce, après seulement 5 saisons, qui a conduit peu à peu au mythe Mirapolis : rares sont les fans d'aujourd'hui qui l'ont visité, et rares sont les documents d'époque qui prouvent encore qu'un parc s'est jadis installé dans la ville nouvelle de Cergy Pontoise.
Nous parlons ici du premier parc d'attractions français construit sur le modèle américain, avec attractions, boutiques, jeux et restauration sur place. Son histoire débute avec le voyage d'Anne Fourcade aux Etats-Unis, dont elle reviendra avec beaucoup d'idées sur l'établissement d'un parc à thèmes en France. C'est en 1984 que le projet voit le jour avec le soutien financier de l'homme d'affaires saoudien Gaith Pharaon. Pour constater l'euphorie qui régnait autour de ce projet, visualisez donc cette vidéo de l'INA.
Le 20 mai 1987, Jacques Chirac lui-même, en tant que premier ministre, inaugure le parc. C'est ce même personnage, pour l'anecdote, qui fera implanter Disneyland en France. Le lendemain, les premiers ennuis surviennent lors de l'ouverture au public : des forains souhaitant dénoncer une concurrence déloyale manifestent et vont jusqu'à mettre des clous sur la route de la bretelle de sortie qui mène au parc ! S'ensuivent des désistements très nombreux des visiteurs, par peur des évènements. Finalement, à la fin de la saison, seuls 600 000 visiteurs ont passé les portes de Mirapolis, contre 2 500 000 attendus ! C'en est trop : les rênes du parc sont donnés au Club Med.
L'E-powered Coaster de Mirapolis1988 sera la meilleure année du parc : nouvelles attractions dont le fameux Miralooping, partenariat avec Carlos qui vient honorer de sa présence la parade chaque dimanche, prix revus à la baisse, prolongement de la ligne du RER A jusqu'à Cergy. Cette saison finira avec un léger mieux : 1 000 000 de visiteurs sont passés par Mirapolis et son apétit d'ogre.
La saison suivante, les forains tiennent leur revanche puisqu'ils sont invités sur le terrain du parc pour fournir quelques attractions supplémentaires, comme un coaster et une grande roue. Toutefois, cette aide ne suffira pas puisque la fréquentation retombe à 640 000 visiteurs et le déficit se monte à 85 millions de francs.
Avant même l'ouverture du parc en 1990, c'est la confusion : la société propriétaire du parc dépose le bilan, 15 millions de francs doivent être investis par les forains et le site du parc est pré-sélectionné pour la construction du futur Stade de France, c'est dire si l'Etat a confiance en l'avenir de Mirapolis ! Le 26 avril, la revanche des forains est totale puisqu'ils obtiennent totalement les rênes du parc.
C'est en décembre 1991, après encore une saison, que les forains décident d'en finir avec Mirapolis qui n'a amené encore que 400 000 visiteurs. 100 millions de francs devraient être investis pour pallier l'arrivée imminente de Disneyland dans l'est de Paris, et cette somme colossale ne pourra évidemment pas être investie dans ce parc qui attire chaque année moins de clients. L'entrée du parc, aujourd'hui
La saison 1992 verra le parc diviser sa superficie par 2 et être transformé en foire du trône géante : une pelouse à l'abandon où quelques forains viennent installer leur métier. Le 31 décembre de cette année, Mirapolis devient une friche industrielle. Une vidéo de l'INA en explique les raisons.
Dernier symbole du parc, la statue de Gargantua a été dynamité le 31 août 1995 (voir en vidéo les dernières secondes de Gargantua). C'en était définitivement fini de Mirapolis.
Aujourd'hui, le terrain est occupé par les CRS pour leurs entraînements et des gens du voyage y ont élu domicile. Il s'agit avant tout de ruines inconstructibles et fermées (hélas !) au public. Certains s'y sont aventurés, mais les photos sont toutes rapidement censurées. Malgré tout, une vidéo du parc en 1994 montre déjà dans quel état il était seulement 2 ans après sa fermeture ! Pour vous aider à imaginer à quel point la nature a repris ses droits, voici quelques photos prises en 2003 :

L'entrée du parc, aujourd'huiL'entrée du parc, aujourd'huiL'entrée du parc, aujourd'hui
De gauche à droite : le lac presque asséché, une esplanade à l'abandon, le canal du flume ride.



Le parc, ses attractions
Mirapolis a été crée dans un vaste terrain de 40 hectares à Courdimanche, petite ville proche de Cergy Pontoise. 40 hectares... Soit deux fois la taille du Parc Astérix ! C'est en effet le principal reproche fait à ce parc : les 29 attractions étaient beaucoup trop éloignées les unes des autres, et de longues marches étaient indispensables pour se rendre à l'attraction la plus proche. Et sur le chemin, c'était bien souvent des pelouses à peine entretenues qui accompagnaient les visiteurs. Les concepteurs du parc ont essayé d'agrémenter ces vastes plaines de jolis jardins, mais ceux-ci n'ont jamais été entretenus. Pire que mieux, c'est donc l'image de la future désolation du site qu'ils préfiguraient.
Le thème choisi par Anne Fourcade était très intéressant, puisque le parc traitait des contes et légendes français. Malheureusement, les attractions n'avaient souvent aucun lien avec cette thématique, les quartiers mal répartis se côtoyaient trop sans explications. Le manque de thématisation (le flume ride était entièrement nu) ne poussait pas non plus les enfants à rêver...Une tête de géant au Parc Saint Paul
Quelques bonnes attractions auraient pu pourtant sauver le parc ! Gargantua était la deuxième plus grande statue creuse du monde, derrière la Statue de la Liberté, et l'attraction qu'il habitait montrait de façon ludique la digestion de l'ogre (Vidéo de Gargantua sur Youtube). Le Miralooping, le looper Vekoma actuellement délocalisé à EuroPark, était le plus grand coaster de France avec ses 35 mètres de haut, ses deux loops et deux corkscrews. Mieux, certaines attractions étaient même novatrices pour leur époque, à l'image du palais de Dame Tartine avec son spectable d'automates de "l'arbre lumière" de 450 kg et 10 000 fibres optiques : inoubliable pour ceux qui ont eu l'occasion de visiter Mirapolis ! Les forains ont apporté avec eux une grande roue et un modèle JetStar classique posé à même la pelouse. Pour les moins férus de sensations, un E-Powered non thématisé avait été installé. Sans oublier les fameux tacots en forme de visage dont le toit était un chapeau melon !
Où trouver des vestiges de Mirapolis ? Pas très loin finalement, puisque le Parc Saint Paul a été l'un des acheteurs de décors du défunt parc. Ainsi, au détour d'un virage, on tombe sur de drôles de têtes de géants ;-)


Chiffres & Anecdotes
Comme je l'ai dit plus haut, le parc comportait 29 attractions, mais aussi 10 restaurants et 5 boutiques. Le tarif enfant, applicable de 5 à 13 ans, était de 75 francs. Pour les adultes, il fallait débourser 100 francs. Un abonnement pour la saison (si si ça existait déjà !) était à 300 francs. Le parking comportait 6000 places + 300 emplacements pour les cars.
Une anecdote amusante survenu le 27 juin 1988 : lorsque Johnny Hallyday est allé visiter le parc en présence de la presse, il a vanté les mérites du Miralooping avec pour preuve sa paire de lunettes...cassée après le tour ! Alors si ça semble être suffisant pour le grand public, nous, fans, pensons que cette pauvre paire de lunettes n'est qu'une victime de plus d'un Vekoma :-p



Sources Photos : Frédéric Molitor, Olivier Cunault, cergyrama.com & INA.fr
Sources Vidéos : Youtube & Dailymotion
BenJ
Juin 2010