Le Chiffre



Le Chiffre

Date :
11 janvier 2013
350
Il s’agit du nombre de projecteurs qui étaient disséminés dans le bâtiment du Rock‘n’Roller Coaster avant la réhabilitation effectuée en Septembre 2011. Nous voilà donc de retour en Europe, et plus précisément en France, au parc Walt Disney Studios.

Voici un petit rappel : Rock‘n’Roller Coaster est un coaster de type Launch Coaster vous propulsant à plus de 90 km/h dans l’univers de la musique. Construit par la firme Vekoma en 2002, ce coaster vous entraine au rythme effréné de morceaux de musique de l’un des plus grands groupes de rock au monde : Aerosmith. La musique est diffusée grâce à cinq haut-parleurs présents autour de chacun des 24 sièges de chaque train.

L’attraction propose cinq ambiances musicales et lumineuses de sorte que les visiteurs ont la possibilité de vivre cinq expériences différentes. Chaque train (autrement appelé soundtracker) possède ses propres musiques et son propre jeu de lumière à l'intérieur du bâtiment de l'attraction (appelé light-show). C’est pourquoi il fallait ce nombre impressionnant de projecteurs afin de réaliser les plus beaux des light-shows. A noter que le light-show est synchronisé avec les morceaux de musique.
Depuis la réhabilitation de Septembre 2011, l’attraction tourne avec de nouveaux projecteurs à led plus performants. Mais on ne connait pas leur nombre exact.

Alors, êtes-vous prêts à entrer dans l’univers du rock ?

Rock n Roller Coaster


(Re)Découvrez les chiffres précédentes !

Date :
27 décembre 2012
40413
C’est environ le nombre de lancement effectués sur Kingda Ka durant la période estivale 2012. Nous voici donc à bord du plus haut coaster du monde (139 mètres) à Six Flags Great Adventure, dans le New Jersey.

Après avoir jeté un coup d’œil sur le site du parc et avoir fait un rapide calcul, nous pouvons déduire que le parc à ouvert exactement 709 heures durant les deux mois d’été. De plus, chaque heure, 57 trains environ sont dispatchés sur le circuit et ce, grâce à un double quai qui augmente considérablement le débit du coaster.

Pour comparaison, chaque train de La Trace du Hourra (Parc Astérix) a été dispatché environ 120000 fois en 11 ans d‘exploitation. Seulement 3 fois plus que l’ensemble des 4 trains de Kingda Ka en 2 mois.

Autant dire que dans le New Jersey, ça dépote !

Kingda Ka


Date :
18 avril 2012
68
Il s’agit du nombre total de parcs que détient la société Parques Reunidos.
Ce groupe, espagnol, détient des parcs d’attractions mais aussi des parcs aquatiques, des zoos ou encore des aquariums. La société basée à Madrid à été créée en 1967 sous le premier nom de Parque de attracciones casa de campo de Madrid (cela ne s’invente pas ! ) Il est considéré comme le 3e leader mondial en termes de gestion de parc de loisirs et premier dans le domaine des parcs aquatiques pour laquelle sa réputation n’est plus à démontrer.
Parmi les parcs d’attractions les plus célèbres détenus par la firme, on trouve : Mirabilandia et son fameux Inverted B&M Katun en Italie (considéré comme l’un des meilleurs du genre en Europe), Parque de Attracciones de Madrid (Espagne), Bobbejaanland et sa nouveauté 2011 : Dizz (Belgique) et encore Kennywood en Pennsylvanie (Nord Est des Etats Unis). Le nombre total de parcs d’attractions s’élève a 13.

Intimidator 305


Date :
26 septembre 2011
42
C’est le nombre de coasters répertoriés par la célèbre base de données RCDB sur le continent africain. Sur 54 pays en tout, seulement 8 en possèdent, à savoir : L’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Egypte, le Maroc, le Nigéria, le Sénégal, le Soudan et la Tunisie. A noter également qu’un coaster est en construction au Botswana. L’Egypte est le pays qui en compte le plus : 14.
Il faut bien avouer que la plupart sont des family coasters sans grand intérêt et souvent mal entretenus, B&M et Intamin sont également absents de la carte.
Un coaster sort quand même du lot, d’ailleurs il détient un record du monde grâce  à 6,4 G positifs en bas de sa first drop, il s’agit de la Tower Of Terror du parc Gold Reef City en Afrique du Sud. Le lift est situé dans l’ancienne Cage d’ascenseur d’une mine, ce qui le rend unique. Ce parc est sans doute le mieux fourni du continent puisqu’il possède aussi un Inverted Giovanola, un Looper Schwarzkopf, un Zierer, un Powered Mack et une « Pomme ».
On Peut aussi citer le coaster Wild Wind du parc Adam Park en Tunisie puisqu’il à quand même été conçu par les bureaux Stengel, célèbre ingénieur qui collabore avec les principaux constructeurs de coasters (principalement B&M et Intamin), il possède une inversion : un Sidewinder.
L’Afrique est surement le continent le moins intéressant et le moins connu des coasters fans mais il possède quelques joyaux situés dans des paysages authentiques qui existent seulement en décor dans le reste du monde. Alors à quand un trip-safari-coaster ? !

Intimidator 305


Date :
05 septembre 2011
82,23
Cette fois-ci, nous allons parler jeux vidéo puisque ce chiffre est consacré à la célèbre série de Rollercoaster Tycoon bien connue dans toute la communauté de Park Fans.
La série compte 3 opus, la première version est sortie en 1999, elle a été conçue et développée par Chris Sawyer tout comme le second volume qui est sorti en 2002. La dernière version sortie en 2004 a fait place à la 3D mais fut par contre conçue par Frontier Developement, ce qui explique les nombreux changements par rapports aux versions antérieures qui n’ont pas fait l’unanimité auprès des fans.
Mais que peut donc bien signifier ce chiffre ? Il s’agit en fait de la note moyenne sur 100 des 3 versions du jeu (sans les expansions). Ces moyennes sont répertoriées sur le site Game Rankings qui collecte les notes de tous les sites de critique de jeux vidéo de la toile internet.
La version la mieux notée est la première avec un score de 87 sur 100 ! On trouve ensuite la troisième version sur la deuxième marche du podium avec un score de 83,24 sur 100. Le deuxième opus ferme la marche avec une cote de 76,44 sur 100. En additionnant ces chiffres et en les divisant par trois, on obtient donc la note moyenne de 82,23 sur 100. Voici plus de précisions sur ces résultats jeu par jeu :

Rollercoaster Tycoon :
Note totale : 87 sur 100 (basée sur 23 critiques). C’est le 188e meilleur jeu sur PC.
Rollercoaster Tycoon 2 :
Note totale : 76,44 sur 100 (basée sur 27 critiques). C’est le 993e meilleur jeu sur PC.
Rollercoaster Tycoon 3 :
Note totale : 83,24 sur 100 (basée sur 36 critiques). C’est le 409e meilleur jeu sur PC.

Voici donc un article plein de chiffres ! Pour encore plus d’infos sur ce classement, je vous invite à consulter le site gamerankings.com

Intimidator 305


Date :
21 février 2011
75
C’est le nombre total existant de coasters B&M en activité sur toute la planète, il ne faut donc pas compter dans la liste ceux qui sont toujours au stade de construction comme Krake et Raptor par exemple. 

B&M, c’est pour beaucoup de fans le meilleur concepteur de Montagnes russes devant Intamin et les autres constructeurs. La société, basée en Suisse s’est lancée dans le marché des coasters dans les années 80. La première particularité la plus remarquable des modèles B&M est la forme des rails qui sont posés sur une poutre porteuse carrée très reconnaissable, on peut aussi parler de la « pre-drop », autre invention qui permet au train de se dégager de la chaine du lift grâce à un replat juste avant la première descente. Les trains sont également facilement repérables puisque les passagers sont disposés par quatre sur chaque rangée de siège au lieu de deux chez les autres  constructeurs.

Ce qui fait également la réputation de B&M chez les riders c’est le confort ressenti lors d’un tour, la fluidité des lay-outs et le large choix de modèles proposés. Parmi les plus originaux ; les Dive Machines (ex : Sheikra), Les Stand Up coasters (ex : Riddler’s Revenge), ou encore les Flying coasters (ex : Air).

Ce désir d’innovation constant ne s’arrête pas, preuve à l’appui avec la construction du prototype « Raptor » à Gardaland (Italie) qui utilise l’idée du coaster  4th Dimensions mais sans la rotation des sièges (pour l’instant), les trains ressemblent alors à ceux de Furius Baco (Port Aventura), les sièges étant situés de part et d’autre du rail, ce qui procure de nouvelles sensations. Ce coaster devrait servir de test grandeur nature pour le développement de futurs coasters.

Je termine en vous donnant la liste complète des coasters B&M par ordre alphabétique :
Afterburn, Air, Alpengeist, Appollo’s Chariot, Batman La Fuga, Batman : The Dark Knight, Batman : The Ride (6 coasters différents portent ce nom), Behemoth, Black Mamba, Chang, Crystal Wings, Daemonen, Diamondback, Diavlo, Dive Coaster (2 coasters différents portent ce nom), Diving Machine G5, Dominator, Dragon Khan, Dueling Dragons, Flight Deck, Georgia Scorcher, Goliath (3 coasters différents portent ce nom), Great Bear, Great White, Griffon, Hollywood Dream : The Ride, Hydra The Revenge, Incredible Hulk, Insane Speed, Iron Wolf, Katun, Kraken, Kumba, Lightning, Manta, Mantis, Medusa (2 coasters différents portent ce nom), Montu, Nemesis, Nemesis Inferno, Nitro, Oblivion, Patriot, Phaethon, Pyrenees, Raging Bull, Raptor, Riddler’s Revenge, Scream, Sheikra, Silver Bullet, Silver Star,  Superman Krypton Coaster, Superman La Attraccion De Acero, Superman Ultimate Flight (3 coasters différents portent ce nom), Talon, Tatsu, The Monster, The Time Machine, Vampire, Vortex (2 coasters différents portent ce nom), Wildfire.

Pour le plus grand bonheur de tous, cette liste ne sera déjà plus exhaustive dès le printemps 2011 :-D
Intimidator 305


Date :
7 février 2011
500
Ce chiffre est un peu spécial car il concerne deux sujets distincts rassemblés en un Chiffre, à savoir Maverick et Werner Stengel. 

Présentation des 2 protagonistes :
Maverick : doit-on encore le présenter ? Habitué au haut des classements de meilleur coaster du monde et estimé par toutes les communautés de coaster fans, cette attraction signée Intamin est localisée à Cedar Point dans l’Ohio (USA). Son layout particulier est sans doute l’élément qui a le plus contribué à sa réputation. En effet, le train est d’abord tracté par un lift plutôt rapide vers une première descente inclinée à 95 degrés, la suite est un festival de courbes, d’inversions et d’airtimes avec en plat de résistance, un launch dans un tunnel !

Passons maintenant à Werner Stengel :
Il est né à Bochum (Allemagne) le 22 aout 1936, et c’est sans aucun doute l’ingénieur le plus renommé dans l’univers des montagnes russes à travers le monde. Werner a d’abord travaillé avec la société Schwarzkopf maintenant disparue pour ensuite créer sa propre compagnie « Stengel Engineering ». Parmi les innovations les plus importantes de l’ingénieur allemand, on peut citer celle du looping moderne, qui consiste à ne pas donner la forme parfaitement circulaire à un vertical loop mais plutôt une forme de clothoïde (ovale étiré vers le haut). Cette découverte à amélioré le confort des passagers lors du passage de cette inversion, qui pouvait s’avérer douloureuse auparavant. C’est aussi dans la tête de Stengel qu’a germé pour la première fois l’idée de montagnes russes suspendues ! Le premier modèle du genre verra le jour en 1991, il s’agit de « Batman : The Ride ». On peut également citer le Stengel Dive, élément portant le nom de son créateur qui se trouve sur Goliath, le méga coaster Intamin de Walibi Holland (Pays Bas). Il s’agit d’un virage incliné à plus de 90 degrés.
Nombreuses sont les découvertes de ce pionnier des montagnes russes modernes. Parmi les coasters les plus connus pour lesquels Stengel a collaboré, on peut citer : Kingda Ka, Top Thrill Dragster, Bizzaro, El Toro, Millenium Force et Son Of Beast.

Maintenant revenons à notre chiffre ! Il s’agit de 500 car Maverick est en fait le 500ème coaster que Werner Stengel a réalisé ! Un chiffre impressionnant qui reflète bien le génie de cet homme qui, à 74 ans, n’a peut-être pas fini de nous étonner !
Intimidator 305


Date :
17 janvier 2011
45
Il s’agit du nombre total de modèles Boomerang fabriqués par le constructeur Vekoma et en activité actuellement.

Le Boomerang est un des nombreux produits proposé par la firme néerlandaise. Une diversité de modèles qui a fait la renommée de l’entreprise malgré les principaux reproches que les coasters fans connaissent bien, à savoir les grosses vibrations auxquelles les trains sont sujets comparés aux coasters des autres constructeurs.

Mais ce qui rend les attractions Vekoma intéressantes pour les gérants des parcs, ce sont les prix et le fait que ces montagnes russes soient compactes et rapidement construites, qualités qui plaisent aux moyens des petits parcs dont le budget et la surface de construction sont limités.

Tous les modèles de Boomerang sont strictement identiques au niveau du layout (le tracé) et des données statistiques. Le principe du coaster est simple et original, le train est d’abord tracté en arrière par un câble sur une pente de 45 degrés puis lâché pour redescendre vers la gare et entamer un cobra roll suivi d’un vertical loop. Le train arrive ensuite sur la seconde pente, également inclinée a 45 degrés, un autre câble aide le train à monter et est alors relâché mais cette voici en arrière, le train effectue le même trajet à l’envers avant de s’immobiliser en gare. Le train atteint une vitesse de 75,6 km/h pour une hauteur maximum de 35,5 mètres et une longueur de 285 mètres.

Il est vrai que Vekoma sonne souvent négativement à l’oreille des coasters fans mais il ne faut pas oublier que le constructeur a aussi des qualités honorables qui satisferont encore les acheteurs pendant de longues années.
Intimidator 305


Date :
13 décembre 2010
108
C’est l’âge en années de la montagne russe en bois la plus vieille encore en service qui existe au monde.

Il s’agit de « Leap The Dips », a Lakemont Park en Pennsylvanie (USA). De type Wooden à frictions, le layout est long de 442,6m pour une hauteur de 12,5m, sa hauteur de chute maximale n’est néanmoins que de 2,7 m, ce qui pourrait paraître ridicule à notre époque mais respectable au début du vingtième siècle ! Les wagons qui composent l’attraction ne peuvent accueillir que quatre personnes, un peu comme ceux d’une Wild Maus.

En 1985, « Leap The Dips » à toutefois été fermé mais a ré-ouvert en 1999 grâce notamment à une récolte de fonds suite à une campagne de restoration : on pouvait d’ailleurs apercevoir aux abords du coaster une pancarte sur laquelle il était indiqué « Help us to restore the world’s oldest roller coaster » (traduisez : aidez nous à restaurer le plus ancien roller coaster du monde).

Le Wooden le plus ancien encore en service n’ayant jamais fermé est « Scenic Railway » à Luna Park Melbourne en Australie, ce dernier à été mis en service en 1912, dix ans après « Leap The Dips ». Ce dernier peut donc fièrement arborer son statut de doyen des montagnes russes grâce à ses 108 ans d’âge ! Ce vieux centenaire nous rappelle à quelle vitesse la technologie a évolué dans le domaine des attractions, pour le plus grand plaisir des petits et des grands !

Intimidator 305


Date :
22 novembre 2010
2,7
Il s’agit de l’accélération en force G que les passagers du coaster Dodonpa subissent lorsque celui-ci est lancé à 172 kilomètres par heure. Un chiffre record en la matière puisqu’il s’agit de l’accélération la plus elevée, tous coasters confondus.

En effet, Dodonpa est une montagne russe de type « lancée », c'est-à-dire qu’elle atteint sa vitesse non pas grâce à la simple gravité terrestre mais bien grâce à un moteur qui la catapulte un peu comme les mirages d’un porte avions.

Le système de catapultage de Dodonpa utilise le principe d’air comprimé (principe propre au constructeur S&S). Et oui, avec une idée simple, on peut produire une accélération surpuissante ! Le système est presque enfantin :en renfermant beaucoup d’air dans un caisson, on produit une pression importante, si l’on ouvre ce caisson rempli d’air à l’aide d’une valve, l’air s’y échappe rapidement, ce qui produit une poussée importante (comme lorsque l’on secoue une bouteille de boisson gazeuse, tout le monde connait le résultat !). Ce procédé a donc été transposé sur Dodonpa, système que l’on a appelé catapultage à air comprimé.

A l’arrivée, on obtient une accélération de 0 à 172 kilomètres par heure en 1,8 secondes seulement, c’est ce rapport accélération/temps qui nous donne 2,7 G de poussée !
C'est-à-dire que lors du catapultage de Dodonpa, vous subissez une force 2,7 fois plus forte que votre poids ! Quelques exemples plus parlant : si vous pesez 60 kilos, lors du catapultage vous aurez l'impression de peser 162 kilos ! D’autres comparaisons : 70 kilos de masse donneront 189 kilos, 80 kilos donneront 216 kilos et ainsi de suite !

En conclusion, si vous cherchez vraiment à subir les joies de l’accélération pure, les Kingda Ka, Formula Rossa et autres Top Thrill Dragster ne surpassent pas leur concurrent nippon !
Alors à vos valises et direction l’empire du soleil levant !

Intimidator 305


Date :
8 novembre 2010
27
C’est la vitesse en kilomètres par heure à laquelle le train d’Intimidator 305 est amené au sommet de sa first drop c’est à dire la première descente. Vitesse très impressionnante comparée aux systèmes de lift « classique ».
La plupart des systèmes utilisés pour faire monter le train d’un coaster sont constitués d’une chaine qui emmène le train jusqu’au sommet de la première bosse, système fermé simple, la chaine monte et redescend sous les rails un peu comme un escalator ou un tapis roulant.
D’autres systèmes on été créés, notamment dans le but d’être plus rapides et moins gourmands en matière première : le meilleur exemple dans ce domaine est le lift à câble qui permet en effet d’amener un train plus rapidement qu’une simple chaine, plus lourde et moins rapide. Ce concept est utilisé sur les coasters sans inversion et dont la first drop (première descente) est assez haute comme les megacoasters de chez Intamin (Goliath de Walibi World) ou les giga coasters (Millenium Force à Cedar Point).
Intimidator 305 atteint des records à ce niveau. A cette vitesse, le train du coaster gravit ses 93m de hauteur en environ 18 secondes seulement, du jamais vu !
Néanmoins, le coaster est dans la tourmente suite à ses problèmes récurrents depuis son ouverture, ce qui n’arrange pas les affaires d’Intamin qui fait l’objet d’attaques de la part des fans qui reprochent à la célèbre firme d’être trop gourmande. Il est vrai que de nombreux riders on décrit le premier virage comme trop fourni en forces G. Les roues des trains sont aussi victimes d’usure prématurée ! Dernièrement, une partie du circuit a été retirée, on suppose que ce serait pour y ajouter des trims (système qui ralentit le train).
Conclusion : ce coaster qui emballait tout les fans semble en réel danger. Affaire à suivre…

Intimidator 305


Date :
25 Octobre 2010
2 230
C’est en hectares la superficie totale du complexe de Disneyland Paris (ce qui équivaut à 22,3 km carrés !), autrement dit, pas seulement les parcs Disneyland Resort Paris et Walt Disney Studios, mais aussi Disney Village, Le golf Disney, les hôtels Disney, les hôtels privés, les gares TGV et RER et un centre commercial !

Ce parc issu de la Walt Disney Company est le quatrième à avoir été construit après Disneyland California, Walt Disney Florida et Tokyo Disney Resort.

Considéré comme un complexe touristique, le parc est situé dans la commune de Chessy en Seine et Marne dans la région de Paris. Inauguré le 12 avril 1992 sous le premier nom d’Euro Disney Resort qui changera plusieurs fois d’appellation : en 1994 ; Disneyland Paris, en 2002(avec la construction du second parc : Walt Disney Studios) ; Disneyland Resort Paris et en 2009 ; Disneyland Paris. A noter que de 1992 à 1996, Disney Village était nommé « Festival Disney ».

En 2009, le parc a accueilli 15,4 millions de visiteurs, c’est le plus visité des parcs européens !

Le dernier projet en date n’est pas des moindres puisqu’il s’agit d’un projet de Villages Nature qui serait composé de 7000 logements à vocation touristique développé par le groupe Pierre et Vacances sur une superficie totale de 520 hectares pour le prix de 1,8 milliards d’euros. Un troisième parc à thèmes serait aussi envisagé mais rien n’est encore officiel et aucune date n’a encore été fixée. Ce qui est sur, c’est que l’on peut compter sur ce merveilleux parc apprécié de tous pour nous surprendre une fois de plus !

Disneyland
Date :
18 Octobre 2010
15 832
C’est  le chiffre que l’on obtiendrait si l’on additionnait la longueur de tous les coasters d’un seul parc (en mètres évidemment) : je parle bien sûr de Cedar Point, le célèbre parc américain considéré par beaucoup de fans comme la capitale de la montagne russe !

Le parc devance de peu un des autres parcs américains les plus célèbres, Six Flags Magic Mountain en Californie qui, lui, atteint le nombre presqu’aussi impressionnant de 14 025 mètres !

Cedar Point ne compte pas moins de 17 coasters parmi lesquels Top Thrill Dragster, le Strata coaster Intamin, Millenium Force (le plus long du parc) et Maverick, le dernier construit en date et très apprécié des fans. Pas étonnant donc pour un parc qui n’a plus rien à prouver dans son domaine de prédilection : la course aux nouveautés perpétuelle.

Pas étonnant non plus que son premier concurrent à ce niveau (Six Flags Magic Mountain)  atteigne un chiffre presque égal en termes de longueur, celui ci possédant également 17 coasters, des chiffres qui font rêver les fans du monde entier. Ce nombre reflète bien la concurrence que ces deux géants se livrent depuis des années, pour le plus grand plaisir des riders ! Environ trente kilomètres de rails, d’inversions, d’airtimes et de G’s rassemblés dans deux parcs seulement, c’est plutôt pas mal !

Mais ou s’arrêteront-ils !

El Toro


Date :
27 Septembre 2010
34 000

Il s’agit du nombre total de planches de bois qui constituent El Toro ( version américaine). Nous revoici donc à Six Flags Great Adventure, dans le New Jersey ! Promis, le prochain chiffre sera relocalisé dans un autre parc !

Ce wooden coaster construit par la firme Intamin AG est considéré comme l’un des meilleurs dans son genre grâce à son layout très intense composé de nombreux virages inclinés, de bosses , d’airtimes et surtout de sa first drop culminant à 53 mètres et inclinée à 76 degrés !

Les coasters en bois sont souvent impressionants de par leur structure sophistiquée, El Toro a donc été mis sur pieds  grâce à 34 000 planches de bois, toutes rendues solidaires avec pas moins de 155 000 boulons ! Impressionant non ?

Notez cette anecdote tout aussi étonnante : on pourrait arriver jusqu’à New York en alignant toutes ces planches. Également connue sous le nom de « Big Apple », cette ville est distante de 70,3 miles, soit 112,5 km du parc en question !

El Toro


Date :
13 Septembre 2010
34

C’est en kilomètres la distance à laquelle on peut apercevoir le Kingda Ka de Six Flags Great Adventure.

Et oui, cela peut paraitre énorme mais bien possible ! Rappelons-nous qu’à ce jour encore, ce coaster reste le plus haut et le plus rapide du monde avec des statistiques plus qu’affolantes : 139 mètres de hauteur pour une vitesse de pointe de 206 km/h ! En sachant que l’impressionnante Dalton Terror de Walibi Belgium atteint les 77 mètres de hauteur, on peut se faire une idée de la hauteur de ce monstre qui en fait quasi le double.

Mais revenons à notre chiffre. C’est donc à une distance de 34 kilomètres du parc que le ride Intamin est visible, depuis le pont NJ 37 reliant Toms River à Seaside Heights dans l’état du New Jersey. Imaginez que ce coaster soit un jour relocalisé à Marseille, il pourrait être aperçu d’Aix-en-Provence.
Autre comparaison : la ville de Maastricht, qui se trouve à une trentaine de kilomètres de Liège!

La folie des grandeurs nous apporte bien des surprises. Mais ou s’arrêtera t elle !?

Cerveau


Date :
31 Mai 2010
7 000

C’est en kilogrammes la masse de la chaîne de Magnum XL-200, installé à Cedar Point.

Ce qui revient à  7 tonnes tout de même ! Mais ce n’est guère étonnant, sachant qu’une chaîne est composée de gros maillons en acier, pour une longueur qui peut être très importante. Pour Magnum XL-200 justement, voyons voir ce que l’on obtient. Une hauteur de 62 mètres, pour une inclinaison de 25 degrés environ, on obtient une longueur de lift approximative de 130 mètres avec un petit calcul trigonométrique.
En considérant que la chaîne mesure deux fois la longueur du lift (car elle fait une boucle) on obtient donc 7 tonnes pour 260 mètres, soit 27 kg par mètre ! Aïe c’est du lourd !

Voilà pourquoi, selon certains, Intamin a décidé de créer un système de lift à cable, bien moins lourd. Evidemment, c’est Millenium Force qui a bénéficié le premier de cette innovation. Car avec ces 94 mètres de haut, imaginez un peu le poids de la chaîne, et le moteur nécessaire pour hisser cette dernière, plus le train de 19 tonnes jusqu’au sommet !

Mais un câble, ça pèse combien au fait ? C’est quand même assez lourd. Nos calculs « faits maison » nous ont montré que le câble d’Expedition Ge Force mesure 28.5 mm de diamètre, et pèse « seulement » 3.4 kg par mètre. C’est déjà plus léger. Et pour cause, c’est ridicule en comparaison de certains câbles porteurs de téléphériques, qui mesurent parfois 90 mm de diamètre pour une masse de 48 kg par mètre ! Soit pas loin de 50 tonnes pour un câble d’un kilomètre de long, ce qui est courant pour ces installations.

Revenons à Millenium Force. On peut lire sur internet que la longueur totale de câble utilisée pour le système est de 1100 feet, soit 330 mètres environ. Si le câble est le même que pour EGF, on obtient donc approximativement 1115 kg pour le câble. C’est effectivement bien plus léger.

Anecdote amusante pour finir : entre le lift de Millenium Force, avec ses 94 mètres de haut et ses 45° d’inclinaison, on obtient une longueur de lift de 134 mètres environ, soit à peu près l’équivalent de Magnum XL-200 avec ses 62 mètres et ses 25° d’inclinaison ! Bon d’accord, certains calculs sont un peu approximatifs, mais quand même… Alors finalement si on avait mis une chaîne sur Millenium Force elle aurait été si lourde que ça comparée à celle de Magnum XL-200 ?!

Cerveau


Date :
17 Mai 2010
14,7

C’est en G l’accélération mesurée au niveau de la tête lors d’une bataille d’oreillers.

En effet, une expérience menée aux Etats Unis avait pour but de comparer les accélérations au niveau de la tête pour les passagers de 3 montagnes russes différentes de Six Flags, de conducteurs d’auto tamponneuses et enfin de personnes faisant une bataille d’oreillers. Le but de cette expérience était de mesurer ces accélérations afin de déterminer les risques potentiels pour le cerveau.

Et bien en réalité, il apparait que c’est lors des batailles d’oreillers que les plus grosses accélérations ont été mesurées sur la tête des participants ! Des pics qui ont atteint 14.7 G, soit bien plus que la limite fixée dans les coasters (à 6G en vertical et vers le bas par exemple). Evidemment, ces pics sont de très faible durée, mais les chocs induits sont susceptibles de créer des traumatismes dans la boîte crânienne.

Au final, connaît-on tout de même les risques induits par un tour de montagne russe ? En particulier lorsque celui-ci possède une accélération très intense ? Si l’on en croit les résultats de cette étude, ils sont plus faibles que pour certaines actions « banales » du quotidien : bataille d’oreillers, sauter d’un mur etc… Mais pour que vous puissiez faire la part des choses, voici une histoire lue sur le blog Neurocritic (neurocritic.blogspot.com).

Une femme de 24 ans qui avait l’habitude de visiter des parcs d’attractions s’est rendue à Fuji-Q Highland. Elle a ridé chacun des coasters de ce parc 2 fois (dont en particulier Dodonpa qui possède l’accélération linéaire la plus puissante du monde). Aucun traumatisme à la tête ou perte de conscience n’a été à déplorer lors de ses tours de coasters.

Par contre, sur la route en rentrant chez elle, elle a été prise de maux de tête. Ceux-ci ont persisté  4 jours durant, et ainsi elle a décidé d’aller consulter à  l’hôpital. Les premiers examens n’ont décelé aucun problème particulier. Les médecins ont prescrit des myorelaxants (action de relâchement musculaire) qui ont apaisé la douleur par moments seulement.

Au bout de 2 mois, un IRM a permis de détecter la présence d’hématomes dans sa boîte crânienne (voir photo à gauche). Une opération de neurochirurgie a permis de retirer ces hématomes. 8 semaines plus tard, tous les symptômes de la jeune femme avait complètement disparus.

Ce genre de cas reste rare, mais néanmoins impressionnant. On sait bien que les accélérations horizontales (type départ arrêté) sont celles susceptibles de cause le plus de dommages au cerveau. On sait également que Dodonpa possède l’accélération la plus puissante du monde, à la limite du supportable selon les dires de certains.

Alors, trop puissant Dodonpa ?


Cerveau


Date :
10 Mai 2010
4

C’est en heures le temps qu’il faut chaque matin pour préparer l’ouverture des Winja’s à Phantasialand !

En effet, les premiers visiteurs arrivant à 9 heures pour rider ces deux spinning coasters, les premiers techniciens prennent leur service à 5 heures du matin pour effectuer la longue série de tests et de vérifications préliminaires à l’ouverture.

Tout débute donc à 5 heures avec la mise sous tension de l’attraction dans la salle de contrôle. A partir de cette salle, une personne va actionner un à un tous les freins de l’attraction, et une équipe envoyée sur le circuit va vérifier leur bon fonctionnement, ainsi que l’épaisseur des plaquettes. Le fonctionnement des capteurs est également testé.

Ensuite, à 6 heures, un contrôle visuel assez poussé des effets spéciaux de l’attraction est réalisée (la bascule et le « rail mou »). Ce sont en effet des systèmes complexes qui peuvent se révéler dangereux s’ils ne fonctionnent pas correctement. L’inspection et les tests prennent donc près d’une heure.

Il faut ensuite effectuer une vérification des systèmes d’ascenseur et de bascule qui permettent au train de prendre de la hauteur. Cela comprend une vérification des roues de friction et de leur usure, car ce sont elles qui permettent de déplacer le train sur les portions planes. Il faut également procéder à  une vérification des freins, car les ascenseurs s’inclinent à 30 degrés avant de lâcher le train !

A 8 heures, le personnel d’exploitation arrive, et après une inspection visuelle des wagons et en particulier des roues, ils procèdent aux tests. Ils sont effectués avec des poids de 300 kg, qui simulent le poids moyen des 4 passagers. Cela permet notamment de tester en situation réelle la bonne efficacité des freins (notamment sur la bascule !). Enfin, à 8h30, un contrôle final est effectué sur les moteurs qui permettent aux ascenseurs de hisser les trains à 17 mètres de haut.

C’est à 9 heures que les premiers visiteurs arrivent pour rider les Winja’s, sans se douter le moins du monde que cela fait plus de 4 heures que plusieurs personnes  travaillent à leur permettre un tour en toute sécurité.


Les Winja's


Date :
12 Avril 2010
16

C'est le nombre de coasters à s'être succédés au titre de "plus rapide du monde" depuis environ 100 ans.

Alors pourquoi un chiffre approximatif ? Tout simplement car avant 1924, il est difficile d'avoir des données suffisemment fiables. Il semblerait qu'à partir de 1917 ce soit Giant Coaster (Massachusetts, USA) qui soit le plus rapide du monde avec 85 km/h.

Parmi ces 16 records, certains sont connus (Kingda Ka, Magnum XL-200, Screamin Eagle) et d'autres moins (Bandit, Giant Dipper). Ils sont 13 soit 80% à être américains. Deux autres sont Japonais (Bandit, Fujiyama) et le dernier est australien (Tower of terror). En tout cas, aucun d'eux n'est européen pour l'instant. Attendons l'arrivée de Ring Racer, s'il se décide à ouvrir...

Chose surprenante, c'est seulement à partir de 1988 qu'un steel coaster a obtenu le titre du plus rapide du monde. il s'agissait de Bandit, au Japon, fabriqué par Togo. Par contre, une fois cette date passée, plus aucun wooden n'a réussi à obtenir à nouveau le titre.

Celui qui a conservé le plus longtemps le titre est sans conteste le fameux Cyclone de Coney Island avec ses 96 km/h, quil l'a conservé entre 1927 et 1972 soit pendant 45 ans. C'est exceptionnel, car pour les autres coasters, la durée de vie moyenne du record est seulement de 3 ans en moyenne. Le plus court aura  été pour Fujiyama avec seulement 7 mois (entre Juillet 1996 et Janvier 1997).

Alors la course à la vitesse s'accélère-t-elle ? Sur une longue période de temps, c'est indéniable : en 75 ans (de 1917 à 1991) le record de vitesse a augmenté de 30 km/h environ, alors que ces 19 dernières années (de 1991 à 2010), le record est passé de 115 à 206 km/h soit une augmentation de 91 km/h !

A plus court terme, attention, sur la période 2000-2010, on a vu le record passer de 161 à 206 km/h (45 km/h), et sur la période 1990-2000, l'augmentation a été également de 45 km/h (de 116 km/h à 161 km/h). Donc en réalité, on observe une stagnation, peut être due à l'atteinte d'un plafond. On ne pourra en effet pas augmenter indéfiniment la vitesse des montagnes russes sans protéger le visage des riders du frottement de l'air, mais aussi des gouttes de pluie, des insectes, oiseaux ou débris qui, à vitesse élevée, peuvent être un véritable danger.

Intimidator 305


Date :
5 Avril 2010
16 450

C’est en tonnes, le poids total approximatif d’Intimidator 305, calculé par nos soins à partir des données officielles. Comment se décompose cette masse impressionnante ?

Il y a tout d’abord le track en lui-même, qui représente pas moins de 1000 tonnes. Sachant que cette piste est longue de 1580 mètres, cela veut dire que chaque bout de rail de 1 mètre pèse environ 633 kg ! On retrouve d’ailleurs une valeur proche du chiffre du 9 février 2009 où je vous donnais le poids des rails de X ;-)

Ensuite, il y a les supports, qui représentent eux aussi environ 1000 tonnes. Sachant qu’il y en a environ 127, cela veut dire que le poids moyen d’un support est de 7800 kg !

Parmi ces supports, il y en a 2 que l’on compte à part. Ce sont les 2 énormes supports du lift ! A eux seuls, ces 2 supports pèsent 400 tonnes, donc en moyenne 200 000 kg pour chaque support ! C’est vraiment du solide et du très lourd.

Le reste de la masse ? Ce sont les fondations ! Les données officielles font état de 7750 « cubic yards » de béton, soit environ 5920 mètres cube de béton. Ca ne vous parle pas ? C’est environ le volume de 2 piscines olympiques remplies de béton !

Nous avons considéré une masse volumique moyenne de 2300 kg / m3 pour le béton, sachant que cette valeur peut être assez variable en fonction de la densité désirée. En tout cas, c’est une valeur moyenne utilisée de façon courante dans le bâtiment pour les fondations, qui nous amène à une masse de béton de 13 600 tonnes. A tout ça, il faut encore rajouter l’armature en acier ajoutée aux fondations en béton, qui pèse, selon les données constructeur 450 tonnes.

Vous noterez, que d’après nos calculs, la masse des fondations représente pas moins de 85 % de la masse totale du coaster. Mais lorsqu’on construit à 93 mètres, il vaut mieux voir solide !

Donc au final, 13 600 tonnes de béton, 450 tonnes d’armature, 1000 tonnes de circuit, 400 tonnes de structure de lift, 1000 tonnes de poteaux, on aboutit à 16450 tonnes. Intimidator 305, c’est du lourd !

Intimidator 305


Date :
29 Mars 2010
20 000

C'est le nombre d'heures de main d'oeuvre qui ont été nécessaires au montage d'American Eagle, un Wooden Racer Intamin construit en 1981 à SF Great America.

Alors par "20 000 heures de main d'oeuvre", il ne faut pas comprendre qu'il a fallu 20 000 heures de montage, ni même 20 000 ouvriers ! Il s'agit en fait de 20 000 heures travaillées par l'ensemble des ouvriers sur le chantier. D'où l'intérêt d'employer une grande équipe pour monter rapidement un coaster ! A une seule personne, si c'était possible, il aurait fallu presque 8 ans pour monter American Eagle, en comptant 10h par jour de travail, 5 jours par semaine et 50 semaines par an de travail ;-)

A titre de comparaison, il a fallu 25 millions d'heures de main d'oeuvre pour construire le Golden Gate de San Francisco ! Evidemment, les équipes ne sont pas les mêmes, ni même l'ouvrage final, mais on se rend compte alors que monter une montagne russe n'est pas une si grosse affaire comparée aux gros travaux publics !

Ce chiffre prend une toute autre dimension dans le monde forain. Ainsi, il faut seulement 38 heures de main d'oeuvre pour monter le modèle Big Apple de Pinfari, soit environ 12h à 3 personnes. Car ce qui compte pour ce genre de coasters, c'est bien qu'ils puissent être démontés et remontés rapidement, avec peu d'ouvriers ! Pour l'Olympia Looping, il faut aussi 12h de montage mais...à 40 personnes, soit 480 heures de main d'oeuvre !

American Eagle


Date :
22 Mars 2010
2 400

C’est en litres la quantité  de peinture qui aura été nécessaire pour repeindre le Vampire à Walibi Belgium.

Pour sa petite cure de jouvance de 2010, l’inverted Vekoma va se parer de rouge et de noir. Pour cela, 10 personnes sont chargées d’appliquer les plusieurs couches de peinture nécessaires selon les informations données par le parc lui-même lors de la visite d’information aux fans.

Pour vous donner une idée rapide, la masse volumique d’une peinture tourne autour des 1.5 kg/L. On obtient donc que ces 2400 litres de peintures appliquées sur le Vampire pèsent un poids de… 3600 kg !

Si le travail est bien fait, ce poids est bien réparti tout le long de la structure, mais imaginez un coaster de 25 ans d’âge, repeint une fois tous les 5 ans. A la fin de sa vie, il va supporter un poids supplémentaire de… 18 tonnes !

Vampire


Date :
8 Mars 2010
45

C’est en mètres la hauteur du plus grand vertical loop du monde.

Et c’est Superman Krypton Coaster, au Texas qui détient ce record du monde. Un vertical loop de 45 mètres, soit l’inversion la plus haute du monde, pour un coaster qui ne mesure que 51 mètres ! Ce record n’a pas été battu depuis son ouverture, soit le 11 mars 2000 ! Voilà donc 10 ans qu’on n’a pas construit d’inversion plus haute.

Par contre, pendant ce temps là  les coasters ne font que prendre de la hauteur. En mars 2000, le plus haut coaster était Fujiyama avec 79 mètres, et aujourd’hui on a presque doublé cette valeur ! Paradoxal ? Non pas vraiment puisque tous ces grands coasters ne possèdent aucune inversion. En fait, le plus haut coaster possédant une inversion est Eejanaika, le 4th dimension, avec ses 76 mètres.

Le 2ème plus haut looping du monde est le très controverséViper. Pourquoi ? Il suffit de regarder une photo de son looping. Il s’agit en fait d’une longue montée inclinée, d’un petit looping puis d’un chute. En fait, si on mesurait la hauteur du haut de la boucle jusqu’en bas de celle-ci, on aurait une hauteur au moins divisée par deux !

Du côté de l’Europe, c’est Dragon Khan avec son fantastique looping de 38 mètres qui détient le record. Et si on ne tient pas compte de Viper, Dragon Khan a alors détnu le record du monde pendant près de 5 ans !

A noter enfin, sans compter Viper, les 10 plus grands loopings du monde sont tous de…Bolliger et Mabillard !

Un looping


Date :
1er Mars 2010
765

C’est le nombre de jours pendant lesquels l’Europe a abrité le coaster détenant le record du monde de hauteur !

Et ce n’est arrivé qu’une seule fois dans l’histoire des montagnes russes modernes. Entre mai 1994 et juin 1996, c’est la Grande-Bretagne qui a eu l’honneur d’avoir le plus haut coaster du monde sur ses terres.

Vous aurez deviné qu’il s’agit de…Pepsi Max Big One ! Annoncé avec une hauteur de 235 pieds (72 mètres), il a détrôné le précédent détenteur du record, Desperado, un coaster Arrow situé dans le Nevada. Ce dernier a ouvert seulement 14 jours avant (14 Mai 1994)  et mesurait 209 pieds (64 mètres). Il aura donc conservé son record très peu de temps !

Oui, sauf que rien n’a été  si simple ! En effet, une polémique a enflé quelques jours après l’ouverture du Big One, car certains soupçonnaient une tricherie dans le chiffre de la hauteur ! Quelques temps après, on l’a remesuré et on s’est aperçu qu’il ne mesurait que…213 pieds, soit 65 mètres de haut. La valeur annoncée par le parc, ou le constructeur avait été calculée…par rapport au niveau de la mer ! Décidément, tricher sur les caractéristiques semble être une habitude avec les coasters (voir chiffre précédent).

Mais ouf, la véritable valeur de la hauteur de Pepsi Max Big One est toujours supérieure d’un mètre à celle de Desperado ! Par contre, il ne s’agit que de la hauteur du plus haut point du coaster avec le sol.

Car si on prend la hauteur de la first drop du coaster, il y a des différences. La drop de Desperado plonge dans un tunnel et mesure ainsi…225 pieds (69 mètres), ce qui est plus haut que Big One (213 pieds, 65 mètres), et plus haut que sa drop (205 pieds, 62 mètres) !

Bon alors finalement, on peut considérer que c’est un vrai record ?

Pepsi max big one


Date :
22 Février 2010
110

C’est la vitesse supposée en km/h d’Anaconda, le wooden coaster de Walygator.

110 km/h, c’est la vitesse donnée par le concepteur, un certain William J. Cobb. Il a créé les plans et les travaux ont été réalisés par la SPIE (Société Parisienne pour l’Industrie Electrique). Ce n’est absolument pas une société spécialisée dans la construction de coasters. Elle a été créée en 1900 sous le nom de Société Parisienne pour l'industrie des Chemins de Fer et des Tramways Électriques, en vue de la réalisation des installations électriques du métro de Paris !

Evidemment depuis ce jour, tout le monde reprend ce fameux chiffre de 110 km/h, mais il apparait aux yeux de certains un peu mensonger ! Voyons voir pourquoi.

On apprend aux élèves de 1ère S qu’un objet en chute libre sur Terre possède une accélération "a" égale à g, l’accélération de la pesanteur. Donc en considérant cette fameuse chute de 36 mètres, on obtient une vitesse de 98.1 km/h. Or cette formule simpliste ne prend pas en compte ni les frottements de l’air sur le train, ni les frottements des roues sur la voie, ni tous les autres frottements solides et visqueux susceptibles d’intervenir. Et Anaconda n’est pas franchement réputé pour être une mécanique bien huilée !

Si on prend pour exemple des wooden coasters tels que Tonnerre de Zeus (33 mètres, 83 km/h) ou Robin Hood (32 mètres, 80 km/h) on trouve des ratios "hauteur/vitesse" très proches, de l’ordre de 0,4. Pour Anaconda, 36 mètres/110 km/h donnerait un ratio de 0.32, bien différent ! Ca glisse tout seul chez Walygator.

Toujours en faisant une comparaison avec ces deux coasters, on trouve que les frottements font perdre de l’ordre de 7 à 8% de la vitesse.

Si on peut considérer que ce modèle est applicable à Anaconda, alors sa vitesse réelle serait de … 90,8 km/h ! Voilà déjà une valeur qui semble plus réaliste !

dollar


Date :
8 Février 2010
0,25

C’est le prix en dollar du ticket pour un ride de Cyclone lorsqu’il a ouvert le 26 Juin 1927.

On continue cette semaine notre série sur le fameux wooden coaster de Coney Island, situé à Brooklyn, New York City. Il a toujours été situé dans un parc d’attractions fonctionnant avec le système du « pay per ride », ce qui signifie que l’entrée du parc est gratuite, mais ensuite vous payez pour chaque attraction, comme une fête foraine.

A son ouverture donc, il suffisait de débourser 25 cents, et 35 les week-end pour faire un tour du Cyclone. Et ensuite, comment a évolué son prix ?

En 1997, pour le 70ème anniversaire du coaster, un ticket coûtait 4$. Soit 16 fois plus, mais après 70 ans ans d’ouverture… De plus, nous n’avons pas d’autres données sur le prix du ticket entre l’ouverture et 1997.

En 2007, pour les 80 ans, un ticket simple coûtait 6$, avec une option de 4$ supplémentaire pour refaire un ride.

En 2009, le ticket pour faire un tour du Cyclone coûtait 8$, et 5$ le ride supplémentaire. Donc en 82 ans, le prix a été multiplié par 32. Et la plus grosse part des augmentations dans les toutes dernières années de l’exploitation.

Alors, combien en 2010 ?

dollar


Date :
1er Février 2010
175 000

C’est le prix en dollars du wooden coaster Cyclone, construit en 1927 à Coney Island.

Ce coaster mythique, situé à Brooklyn, New York, dans le parc Dreamland est l’un des premiers coasters construits à posséder un circuit fermé et une structure moderne comme aujourd’hui. Après 83 ans de bons et loyaux service, il est toujours en fonctionnement, et c’est une prouesse pour ce genre de matériel. Il a tout de même été fermé pendant quelques années, et en particulier de 1969 à 1975, où il a été endommagé et menacé de destruction par la ville de New York qui voulait profiter du terrain pour agrandir l’aquarium de la ville.

Evidemment, son grand âge l’a probablement rendu un poil violent, étant donné que le 31 juillet 2007, un homme de 53 ans s'y est cassé quelques vertèbres, et mourut 4 jours plus tard des suites de ses blessures. Cependant, c’est la seule fois de sa longue histoire où un rider est mort des suites de ses blessures sur l’attraction. C’est pas mal, attendons de voir Coaster Express et Bandit dans 83 ans !

Venons-en au prix : il est très faible ! Prenons un wooden coaster ouvert récemment, qui possède à peu près la même longueur (805 mètres) et la même hauteur (26 mètres). Par exemple, Terminator Salvation, qui a les mêmes caractéristiques à peu de choses près, sauf qu’il a ouvert en 2008. Coût de ce dernier coaster ? 10 000 000 $, soit tout de même de 57 fois plus cher que le Cyclone de Coney Island.

Evidemment, c’était en 1927, alors avec l’inflation…Et puis le Cyclone n’a ni effet audio, ni effets de feu. Et puis c’est un hybride, donc la structure coûte moins cher. Et puis ce n’est pas les mêmes technologies…

Oui, mais quand même, 57 fois plus cher ! Ce n’est pas rien… A méditer…

 



Date :
25 Janvier 2010
401

C'est le record du monde en heures, selon le Guiness Book, du plus long ride de tous les temps, établi le 13 août 2007.

On doit cet exploit à Richard Rodriguez, qui est resté 401 heures en continu (jour et nuit avec une pause de 5 minutes chaque heure, non comptabilisée dans le record), dans deux coasters de Blackpool Pleasure Beach : Pepsi Max Big One et Big Dipper. Pourquoi 2 ? Parce que le parc n'avait pas le droit d'exploiter Pepsi Max Big One la nuit, entre 22h et 8h le lendemain, à cause de sa hauteur et la proximité de la ville.

Mais il avait déjà fait parler de lui avant cet "exploit" puisqu'il détient déjà 18 records du monde en relation avec le monde des coaters. Son truc ? Rester le plus longtemps possible dedans ! Il a commencé en 1977 à Coney Island (104 heures), puis, au fur et à mesure de ses records, s'est attaqué à notre très célèbre Expedition Ge Force en 2002 puis 2003.
Ainsi, il était resté 194 heures dans ce coaster, réputé comme l'un des plus intenses du monde. Pour cause de maintenance, il a dû partager son temps entre EGF et Superwhirbel (aie !).

N'ayant pas apprécié que ce record soit battu par Stefan Seemann en 2006 (221 heures et 21 minutes), il a donc retenté avec succès à Blackpool Pleasure Beach. Au final, il aura passé 401 sur les deux rides, accumulé presque 8000 tours pour un total de 10138 km !

Bravo à lui, même si ce genre de records...Bah ça sert à rien ! A noter de plus que passer d'EGF à Pepsi Max Big One, c'est la honte ;-)



Date :
18 Janvier 2010
46

C’est le pourcentage des visiteurs de parcs d’attractions américains qui préfèrent les coasters.

En effet, selon un sondage de l’IAAPA (International Association of Amusement Parks and Attraction) à  destination de 1003 adultes de plus de 18 ans résidants aux Etats-Unis, et publié en 2005, près de la moitié des visiteurs d’un parc d’attractions viennent pour les montagnes russes.

A côté de cela, 13% déclarent préférer les autos tamponneuses ( !), 10% les attractions aquatiques (flume ride) , 9% aiment plutôt les grandes roues et enfin, 7% sont fans de…carrousels. Je rappelle que cette étude concerne uniquement les adultes, et non pas les enfants ! Les 15% manquants du sondage correspondent probablement à d’autres réponses non représentatives du sondage. On notera également l’absence étonnante des « dark rides » et des « flat rides », qu’on peut à priori expliquer par la tournure maladroite de la question du sondage :

« Do roller coasters thrill you, or do you prefer seeing the sites from atop a gigantic ferris wheel ? Or, do you like the charm of a carousel? »

Cette étude précise enfin, sans en indiquer les proportions exactes, que les hommes ont tendance à  répondre plus favorablement en faveur des coasters, alors que les femmes préfèrent les grandes roues et les carrousels.

Enfin une autre question concerne l’objectif premier des visiteurs d’un parc : rider, voir des spectacles, voir des personnages du parc ou jouer à des jeux type fête foraines.
Encore une fois, 49% des sondés disent venir pour rider, alors que 15% préfèrent les spectacles, 6% veulent voir les personnages, 6% veulent jouer aux jeux de fêtes foraine, et enfin 12% viennent pour les évènements spéciaux (Soirée Halloween etc…). Les 12% restants ne sont pas précisés, et correspondent probablement à d’autres réponses non représentatives du sondage.

Pas d’inquiétude doncpour les coasters, qui restent confortablement les stars des parcs d’attractions !



Date :
11 Janvier 2010
4

C’est le nombre de crans qu’il faut enclencher sur les laps bars de Silverstar pour pouvoir rider !

En effet, ce n’est pas le cas de tous les coasters, mais Silverstar en est équipé : je veux parler bien sûr des capteurs qui vérifient la fermeture des laps bars avant de laisser partir le train. Ceux-ci permettent donc d’éviter de laisser partir un train alors qu’un harnais ou qu’une lap bar était encore ouvert(e), ce qui peut être utile ! Mais en plus de tout cela, dans le cas de Silverstar par exemple, ce capteur compte le nombre de cran qui sont verrouillés, et impose un minimum. Pour notre exemple, il ne faut pas moins de 4 crans verrouillés pour que le capteur passe au vert. Ainsi, pour les personnes les plus fortes d’entre nous, fermer votre lap bar dans SilverStar ne vous assurera pas de pouvoir en faire un tour : si 4 crans n’ont pas été verrouillés, vous ne partirez pas.

Cela peut nous rappeler l’ « accident » de Crush Coaster à Disneyland. Il s’agissait d’un homme qui avait sauté du wagon dans le lift, après avoir constaté que sa lap bar n’était pas fermée ! L’enquête de police qui a suivi cet incident, a déterminé que la lap bar avait été effectivement fermée, mais avec un seul cran. Alors, sécurité insuffisante du capteur ? Ou peut être absence de capteur ?

Il faut quand même savoir, que pour une grande majorité de coasters, il n’y a tout simplement pas de capteur permettant de dire si oui ou non les capteurs sont fermés. La seule protection, c’est donc la vigilance des opérateurs, ce qui laisse une grande place aux erreurs humaines.

La plupart du temps le système se contente de vérifier si le système est « verrouillé » (les crans sont activés, et si vous baissez votre harnais ou votre lap bar, elle restera fermée), mais les harnais peuvent très bien rester ouverts ! C’est d’ailleurs ce qui s’est produit sur le Vampire à Walibi Belgium, mais un arrêt d’urgence du pilote a arrêté le train avant qu’il ne commence le tour.

Pour plus d’informations à  ce sujet, n’hésitez pas à aller voir notre reportage sur les  système de retenue dans les coasters.



Date :
14 Décembre 2009
10

C'est le nombre de sous-vêtements retrouvés lors du nettoyage de la zone du Corkscrew après son démontage par les équipes d'Alton Towers.

Après 28 ans de bons et loyaux services, le Corkscrew d'Alton Towers ferme ses portes le 9 novembre 2008 (date du dernier tour).
Pendant tout ce temps, il aura transporté 43 millions de riders sur plus de 1 319 000 kilomètres (4 fois la distance Terre-Lune), et distribué des milliards de baffes.

Lors de son démontage, Alton Towers a procédé à un nettoyage de toute la zone, et a retrouvé des objets...assez étranges !
On s'imagine en effet assez mal comment on peut perdre ses sous-vêtements dans un coaster ! A la liste des objets trouvés : des milliers de casquettes, 604 montres, 237 téléphones mobiles, mais aussi : 800 bijoux, 53 chaussures (dont aucune ne va avec une autre) et une prothèse d'oreille (je n'ose pas imaginer la peur des agents de nettoyage en découvrant cette oreille...en plastique).
Et le grand gagnant des objets bizarres retrouvés près du corkscrew est...une prothèse de jambe ! Eh oui, visiblement quelqu'un est venu rider le Corkscrew, a perdu sa prothèse de jambe (ce qui est déjà un exploit, à moins qu'il l'ait détaché et posé à coté de lui pendant le tour...!) et il est reparti...sur son unique jambe ! Sans demander de l'aide à quiconque !

Il se passe vraiment de drôles de choses sur nos coasters !



Date :
7 Décembre 2009
25 000

C'est le nombre d'heures de fonctionnement au bout desquelles le constructeur Mack recomande le changement des systèmes de Lap Bar pour le coaster la Trace Du Hourra, bobsleigh au Parc Astérix, selon une information du manuel de maintenance.

Pour bien comprendre, retraçons l'ensemble des conseils donnés par le constructeur : au bout de 5 ans d'exploitation (ou 10 000 heures de fonctionnement) il est conseillé de choisir 10 lap bars au hasard et de contrôler l'éventualité de formation de fissure, par un procédé simple de poudre colorée.

Il faut ensuite reconduire ce test sur 10 étriers toutes les 2 000 heures de fonctionnement (c'est à dire tous les ans). Si on constate une fissure sur un étrier, il faut alors faire contrôler l'intégralité des lap bars de l'attraction avec un procédé plus précis (rayons X, rayons Gamma, ultrasons ou magnétoscopie).

Ensuite, au bout de 20 ans, ou 40 000 heures de fonctionnement, le contrôle annuel doit se faire avec l'un des procédés précis cités au dessus (rayons X etc...), et non plus visuellement ou avec la poudre colorée.

Enfin, au bout de 25 ans ou 50 000 heures de fonctionnement, il faut effectuer un contrôle avec un procédé précis tous les mois ! Ou bien faire changer l'intégralité des lap bars, et repartir pour un tour !

Sachant que les parcs ne disposent généralement pas des moyens de contrôle précis (ultrasons etc...), il faut qu'ils sous-traitent le contrôle. Donc envoyer les pièces à un institut de contrôle, et attendre de les recevoir à nouveau (parfois au bout de plusieurs semaines!). On imagine mal le parc en question envoyer ses lap bars tous les mois !



Date :
30 Novembre 2009
0545860

C'est le numéro de publication du brevet, déposé par B&M le 19 novembre 1992, qui concerne l'invention de l'Inverted Coaster.

Ce brevet, que vous pouvez aller consulter librement sur des sites comme EspaceNet (http://fr.espacenet.com/), présente succintement la nouvelle invention de B&M de l'époque.
Il existait déjà les coasters traditionnels, et les suspended coaster avec un mouvement d'oscillation pendulaire pour s'incliner dans les virages.

B&M vante donc que son nouveau coaster inverted va pouvoir "offrir non seulement toutes les possibilités de figures de roller coaster traditionnels, ainsi que l'ensemble des sensations objectives et subjectives qu'elles procurent, mais de plus un certain nombre de sensations indédites, accompagnées d'une intensité beaucoup plus forte des sensations déjà connues."
Autrement dit : pouvoir enfin faire la même chose en inverted qu'en sit down, ce que le suspended interdisait.

Le premier inverted ouvert par B&M est Batman The Ride (Six Flags great America) qui ouvre le 9 mai 1992. Incohérence temporelle ? Non, car si en réalité la date du dépôt est bien de novembre 1992, la date du brevet provisoire (première étape dans le processus de dépôt) remonte au 2 décembre 1991.

Seulement 2 ans plus tard, Vekoma copie à sa sauce l'inverted et ouvre dès mai 1994 le premier SLC : El Condor à Walibi World.

Après cette grande invention de B&M, quoi de neuf ? Peu de choses en réalité, rien de très révolutionnaire. Le dernier brevet déposé par B&M date de juillet 2006, et concerne un "frein hydrodynamique". Ca ne vous dit rien ? Mais si, les systèmes installés sur Sheikra entre autres, qui freinent le train dans la splash zone en créant deux grandes gerbres d'eau !



Date :
23 Novembre 2009
5

C'est le nombre d'articles que contient la loi n°2008-136 du 13 février 2008 "relative à la sécurité des manèges, machines et installations pour fêtes foraines ou parcs d'attractions".

Ce tout petit texte de loi, qui tient en à peine une page, représente quasiment tout ce que nous avons en matière d'encadrement légal en France pour les montagnes russes et autres attractions. C'est en réalité un véritable vide juridique auquel nous avons affaire concernant les parcs d'attractions et fêtes foraines.
Depuis 1983, un protocole signé entre les syndicats de forains et les bureaux de contrôle, sur une initiative du Ministère de l'Intérieur, obligeait les forains à faire contrôler leur matériel tous les 3 ans. Depuis le triste accident de la Fête des Loges, une nouvelle convention, signée par les forains le 17 août 2007 rend variable la fréquence des contrôles, en fonction de la complexité des machines à contrôler.

Pour y faire suite, cette loi promulguée le 13 février 2008 définit en 5 articles quelques dispositions très générales à prendre pour la sécurité.
Le 1er article stipule que tous les manèges de foire ou de parcs "doivent être conçus, construits, installés, exploités et entretenus de façon à présenter, dans des conditions normales d’utilisation ou dans d’autres conditions raisonnablement prévisibles par le professionnel, la sécurité à laquelle on peut légitimement s’attendre et ne pas porter atteinte à la santé des personnes." Ce qui veut dire, que le gérant ou le constructeur est responsable, sauf en cas d’évènement imprévisible. Vous noterez le caractère flou de la loi et imprécis : "des conditions raisonnablement prévisibles". Qu'est ce que "raisonnablement" prévisible ?
L'article 2 précise qu'il faut réaliser périodiquement un contrôle technique des matériels.
Le 3ème impose au forain ou au parc d'afficher au public le nom de l'organisme de contrôle et la date du dernier contrôle de toutes ses machines.
Le 4ème nous dit qu'un rapport d'accidentologie dans les parcs et foire sera remis chaque année au Gouvernement.
Enfin, le dernier article précise qu'un décret précise les modalités des contrôles techniques, et des exigences de sécurité.

Comme vous le constaterez, c'est tout de même très flou, et très léger ! C'est malheureusement presque tout ce que l'on a en France à ce sujet. Gardez bien en tête également que la norme NF EN 13814 sur la sécurité des attractions est pour l'instant tout à fait facultative !



Date :
16 Novembre 2009
1,5

C'est la distance verticale minimale en mètres, autorisée selon la norme NF EN 13814 , qui doit séparer le siège avec les objets extérieurs d'une montagne russe.

Pour éviter de se faire décapiter ou couper une main, il vaut mieux éloigner un petit peu les éléments de décors éventuels. Il suffit de 1.5 mètres en hauteur entre le siège (l'assise) et le décor à la condition que "le passager soit réellement empêché de se lever".
La norme ajoute une deuxième condition : 2 mètres entre le plancher du train et le décor. Cela paraît peu, et effectivement ça l'est.
La norme précise que ces distances "ne garantissent pas l'impossibilité pour les passagers de toucher des objets fixes ou mobiles". Donc, au sens strictement légal du terme, il suffit de 1.5 mètres pour être en règle, mais espérons que certains parcs ou constructeurs ajoutent une marge de sécurité supplémentaire ! Sinon, pour les plus grands d'entre vous, évitez de lever les bras trop haut !
Pour les distances entre le bord du siège et les éléments extérieurs situés sur les côtés de la voie, il suffit de 50 cm, qui sont ramenés à 70 cm si la vitesse du coaster est supérieure à 72 km/h.

On vous aura prévenu : "Veuillez gardez vos bras, mains, jambes et pieds à l'intérieur du véhicule pendant toute la durée du voyage". Ceci dit, les précautions sont prises par les parcs, et même avec les mains levées, vous ne risquez pas grand chose !



Date :
2 Novembre 2009
1 400

C'est le nombre de rails B&M qui composent Orochi, revendu récemment à Wallygator selon une interview des Douarin postée par Walymag.

Walymag nous propose en effet dans un de ses articles une interview de Didier Douarin, l'un des co-directeurs du parc Walygator qui a récemment racheté le coaster Orochi.

1400 rails, ça fait un sacré légo à reconstruire. Mais réfléchissons deux petites minutes : 1400 rails, pour une longueur totale du coaster de 1200 mètres, ça fait une longueur moyenne de rail de....85 centimères !
En allant voir les photos publiés dans la dernière news sur le sujet, on se rend rapidement compte que la longueur effective semble bien plus importante. Griffon, lui, est composé de 91 pièces pour 947 mètres, selon RCDB, soit des rails d'une longueur moyenne de...10 mètres !

Alors, qui croire ? ;-)



Date :
26 Octobre 2009
5 000 000

C'est le nombre de cycles (ou nombre de tours) qu'une structure de coaster doit pouvoir encaisser au sens de la norme NF EN 13814.

Nous avions déjà parlé de cette norme qui "consiste à définir les règles de sécurité se rapportant aux strcuture et aux machines [qui] ont pour but de protéger les personnes contre le risque d'accidents engendré par des erreurs de conception, de construction et d'exploitation de ces structures et machines".

Comme vous le savez, toute pièce mécanique s'use, et le concepteur doit faire un calcul dit "en fatigue", permettant de la dimensionner de telle sorte à ce qu'elle ne casse pas avant un nombre de cycles donné. Par exemple, selon la norme, toute la structure (rails, poteaux etc) doit être calculée pour permettre le passage du train au moins 5 000 000 de fois dans toute la vie du coaster.

Réaliste ? Prenons un exemple extrême : Space Mountain. Calculons à la louche : ouvert 10 heures par jours en moyenne, tous les jours de l'année depuis 1995 (14 ans). Le rail voit passer 1 train par minute en moyenne (car tous les jours de l'année ne sont pas à grande affluence). Cela nous donne déjà plus de 3 000 000 de cycles. Bon, ça semble quand même se dégrader bien vite. Alors au bout de combien d'années on atteindra le seuil des 5 000 000 de cycles ? Le même calcul nous donne quasiment 23 ans...soit en 2018 !!
Je suis tout à coup moins certain que Vekoma ait calculé ses pièces pour autant de temps...!



Date :
12 Octobre 2009
143

C’est en millimètres le diamètre d’un rail d’un looper Vekoma standard.

Le rail Vekoma standard est composé de 3 parties :
- Les 2 rails, sur lesquelles le train exerce les efforts pendant le ride ;
- L’équerre, qui consiste en 2 tiges perpendiculaires soudées, qui crée le lien mécanique entre le rail et le tube central
- Le tube central, qui permet le maintien de l’ensemble de la structure, et qui fait la liaison avec les poteaux supports.

C’est finalement assez peu, à peine 15 cm, surtout quand on sait que l’écartement des rails (chiffre du 23 février 2009) est de 1200 mm. Le tube central lui, a un diamètre de 330 millimètres (33 cm).

Ces pièces sont réalisées en acier, et la plupart du temps sont creuses, pour gagner de la masse bien sûr, car sinon les rails seraient excessivement lourds, mais aussi pour consommer moins d’acier, ce qui n’est pas négligeable au niveau coût étant donné la taille des structures.

Elles peuvent être également remplies de sable, en particulier chez B&M, pour étouffer le bruit de roulement, qui se retrouve amplifié par un phénomène de caisse de résonance lorsque les tubes sont vides.



Date :
5 Octobre 2009
234

C'est le diamètre en millimètres de chacune des 84 roues porteuses du fameux wooden français Tonnerre de Zeus.

Comme vous le savez sans doute, chaque coaster moderne possède 3 types de roues : les roues porteuses, les roues latérales qui permettent de guider dans les virages, et les roues inférieures, qui empêchent le train de se désolidariser du rail, ce qui est très utile lors des airtimes !

Malgré tout, cela n'a pas toujours été le cas, les premiers manèges de la foire du trône par exemple n'en étaient pas équipés, et il arrivait qu'il se renversent :-p

Les roues latérales quant à elles ont un diamètre de 157.5 mm, c'est à dire qu'elles sont 1.5 fois plus petites que les roues principales. Enfin, les roues inférieures dites "upstop wheels", ont un diamètre de 103 mm, donc plus de 2 fois plus petites que les roues principales.
Détail intéressant : malgré leur petite taille, ces roues sont capables de supporter l'intégralité du poids du train. En effet, dans l'atelier, le train sort du rail, et roule sur ses roues inférieures (voir photo) !



Date :
28 Septembre 2009
6

C’est le coefficient de sécurité demandé par la norme EN 13814 :2004 pour toutes les pièces de sécurité d’une montagne russe.

En effet, quand un ingénieur conçoit une montagne russe, il calcule les efforts auxquels seront soumis les différentes pièces mécaniques, et en déduit le matériau et la taille de la pièce pour qu’elle résiste à cet effort pendant toute sa durée de vie : c’est le dimensionnement.

Pourtant, comme les calculs sont théoriques, et ne collent pas à 100% à la réalité, on prend toujours une marge, pour être sûr que la pièce ne casse pas. En construction mécanique standard, sur des pièces qui ne mettent pas la vie de personnes en danger, on a l’habitude de prendre un coefficient de sécurité de 1,25. C'est-à-dire que les pièces sont calculées pour résister à des efforts 1,25 fois plus grands que l’effort maximal auquel elle sera soumise pendant son utilisation.

Pour les pièces de sécurité d’un coaster, mettant en danger la vie de personnes en cas de casse, elles doivent être calculées pour résister à un effort 6 fois plus important que l’effort maximal auquel elle sera normalement soumise. Autrement dit, les pièces telles que les mécanismes de lap bar sont en théorie 6 fois plus résistantes que ce qui serait nécessaire ! Rassurant ?



Date :
13 Juillet 2009
1 311


Ce chiffre va vous faire tourner la tête !
C'est en effet le nombre total d'inversions dans le monde sur des coasters, selon RCDB. De quoi nous donner le tournis !

Ces inversions sont sur les 441 coasters en fonctionnement que l'on trouve actuellement sur la planète, toujours selon RCDB. Ceci représente donc environ 3 inversions par coaster.

La folie des inversions a rythmé les années 90, tout comme la folie de la vitesse aura fait fureur dans les années 2000.
En effet, il y a 11 coasters qui possèdent 7 inversions, dont le premier qui est notre célèbre Goudurix, au Parc Astérix, ouverte en 1989. Pour les plus courageux, nous avons 4 coasters avec 8 inversions, dont le premier a été Dragon Khan en 1995. Enfin, le record est toujours détenu par Colossus (et son clone Tenth Ring Roller Coaster) qui a ouvert en 2002, avec 10 inversions.
Encore une fois, l'Europe a montré l'exemple au monde !

Enfin, nous ne sommes pas tous égaux dans le monde au regard des inversions.
On répertorie par exemple 7 coasters et 21 inversions en Afrique et 13 coasters et 34 inversions en Amérique du Sud. En Europe, nous possédons 98 coasters, et donc un total de 295 inversions ! Pas mal ! Mais les asiatiques nous battent avec 389 inversions, réparties sur 155 montagnes russes.
Les champions de l'inversion sont (bien évidemment ?) les Américains, qui peuvent faire tourner 559 fois leur tête, dans 164 coasters.



Date :
22 Juin 2009
1 984

C'est l'année durant laquelle a ouvert le premier modèle Boomerang Vekoma au monde : Boomerang. Et devinez qui l'a ouvert cette année là ? Le parc belge Bellawaerde !

Cependant, le premier Boomerang construit l'a été en 1982 à Rafaela Padilla, et est maintenant relocalisé à SF Mexico. Mais pour des raisons inconnues, l'attraction n'a ouvert qu'en 1984, après le modèle de Bellawaerde.

En 1984, ce sont en tout 4 modèles Boomerang qui ont ouvert de par le monde, sur deux continents, prouvant au monde entier que Vekoma se lançait dans les standards.

Il aura fallu attendre 1994 pour pouvoir rider le tout premier SLC Vekoma, autre standard connu de la firme. Et devinez qui y a encore eu droit ? Nous, les européens, puisqu'il s'agit de El Condor, à Walibi World.

Vekoma aime les standards, et selon RCDB, ce sont aussi pas moins de 58 boomerang Vekoma qui on été montés (première fois ou relocalisations) ainsi que 32 SLC (662 m et 689 m).


Date :
15 Juin 2009
1 500

C’est le volume de bois, en mètres cubes, utilisé pour construire le Loup Garou à Walibi Belgium.

1500 mètres cubes, ça représente quand même la moitié d’une piscine olympique en terme de volume !

Si on considère une masse volumique moyenne de 650 kg/m3 pour le bois, ça nous donne une masse de 975 tonnes de bois utilisé pour la structure du Loup Garou.

Ces coasters ne sont décidément pas bons pour nos forêts ! Si on considère qu’un arbre moyen de 10 mètres de haut, d’environ 0.5 mètres de diamètre fait un volume de 2 mètres cubes, il aura fallu en couper pas moins de 750 pour construire notre cher Loup Garou !

Pour finir, dernière petite info amusante : si on mettait toutes les planches du Loup Garou bout à bout, on pourrait parcourir une distance d’environ 200 km ! Mais il faut bien les assembler ces planches…

Eh oui et pour cela, ce ne sont pas moins de 15 000 boulons qui ont été utilisés ! Inutile à savoir en effet, mais pas mal pour briller dans un dîner de coasters fan !


Date :
1er Juin 2009
50

C’est la vitesse maximale en km/h du vent autorisé au sommet du Top Hat de Top Thrill Dragster avant qu’il ne se mette automatiquement en défaut.

Vous ne le saviez peut-être pas, mais il y a un anémomètre au sommet de Top Thrill Dragster, qui mesure en permanence la vitesse du vent.
A partir de 40 km/h, les pilotes de l’attraction sont alertés, afin qu’ils puissent se préparer à éventuellement fermer l’attraction. Au-dessus de 50 km/h de vent, l’attraction s’arrête d’elle-même, automatiquement.
C’est une sécurité car avec un tel vent, le train ne peut en théorie plus passer le top hat !

Les intempéries, comme la pluie ou le vent, sont la cause de bien des soucis dans le fonctionnement des montagnes russes ! Les accelerator coasters, comme TTD ou Kingda Ka, ne peuvent en effet pas fonctionner sous la pluie, même très fine !
Aucun problème technique ne découle de la pluie, cette fermeture n'est faite que pour le confort du visiteur, qui n'a pas envie de sentir des gouttes d'eau le frapper à plus de 190 km/h...

Ce sera très certainement aussi le cas pour Ring Racer, la future plus rapide montagne russe du monde, qui atteindra 217 km/h, et qui devrait être soumise à des restrictions très fortes vis-à-vis de la météo...


Date :
25 Mai 2009
372

C'est le nombre de roues que possède chaque train de Révolution, à Bobbejaanland.

Il est d’ailleurs bien connu pour posséder les trains les plus longs du monde. Chaque essieu possède 2 fois 6 roues (2 roues porteuses + 2 roues latérales + 2 « upstop wheels »). On a 30 wagons, chaque essieu étant placé entre 2 wagons on obtient 30 X 12 = 360 roues. On ajoute l’essieu avant et arrière, on obtient 372 roues !

Pour ce qui est le placement des roues sur les trains, il faut savoir qu’on a 3 différentes façons de faire.
Chez B&M, on place tout simplement un essieu de 12 roues pour soutenir chaque wagon. Un coaster comme Superman : La atraccion de acero possède 96 roues.
Chez Vekoma et Intamin, tout comme Revolution, chaque essieu est placé entre 2 wagons (comme le TGV). Expedition Ge force, ou encore Goudurix possèdent eux aussi 96 roues par train.
Enfin, chez Gerstlauer et Maurer, on place 2 essieux par wagon. Donc pour Anubis, par exemple, on a 24 roues pour une voiture. Pour ce qui est d’Abismo, on a 48 roues, car il y a 2 wagons attachés ensemble.

Enfin, pour l’anecdote, les roues de Buffalo, comme celle que l’on a « rapportée » lors du meeting en Angleterre (voir Photo) sont au nombre de 240 par train ! Pas mal pour un e-powered !


Date :
18 Mai 2009
22

C’est en millions d’euros la somme dépensée à ce jour par le Parc Astérix pour Tonnerre De Zeus, le wooden coaster du parc.

Vous allez sûrement me dire que je me trompe et que le prix d’achat de TdZ c’était plutôt 10 millions d’euros. Vous avez raison, TdZ a bien été acheté 10 M€ par le parc Astérix, mais moi aussi j’ai raison de dire qu’à ce jour ils en ont dépensé 22 millions !
Eh bien oui, c’est le coût de maintenance de Tonnerre de Zeus, qui s’élève à environ 1 million d’euros par an, qui, en 12 ans a fait élever le coût total dépensé par le parc de 12 millions d’euros.

Les wooden coaster, construits par définition en bois, nécessitent un entretien très minutieux, et donc très couteux, beaucoup plus que les steel coaster en tout cas. C’est pour ça que beaucoup de parcs sont frileux à en acheter un.

C’est une donnée qu’on oublie souvent de prendre en compte, tout comme le coût de fonctionnement, qui dans le cas d’un launch LSM peut se révéler très élevé du point de vue électricité.

Enfin, le coût de démontage est encore moins souvent pris en compte. Pourtant, pour un simple steel coaster compact comme Tornado, c’est souvent plus de 600 000 € qui sont demandés par les entreprises spécialisées pour un démontage et un acheminement dans un autre parc.

Au final, on le voit bien, quand un parc achète un coaster, il est très loin de ne payer uniquement le prix d’achat. Et dans la plupart des cas, celui-ci est très vite dépassé par les autres frais, au fur et à mesure de la vie du coaster.


Date :
11 Mai 2009
1 977

C’est à partir de cette année qu’on a vu apparaître les premiers coasters accélérés autrement que par le traditionnel couple lift/drop.
Je parle évidemment du « launch coaster ».

Pendant cette année, plusieurs launch coasters ont été construits. Des modèles Launched Loop de Arrow à Six Flags New England (Black Widow) et à Kings Island (Demon) notamment. Il y a eu dans le monde environ 15 coasters de ce type. A noter que ce coaster est propulsé à moitié par le pusher, et à moitié par une drop, puisque la gare se situe en hauteur… Il n’y a en tout cas aucun lift.
Il s’est également construit des modèles Shuttle Loop de Schwarzkopf (type Turbine) avec White Lightnin’ à Carowinds et King Cobra à Kings Dominion.

En Europe, le premier launch coaster est Irn-Bru Revolution à Blackpool Pleasure Beach. Il date de 1979. Contrairement à ce qu’on croit, ce n’est pas la Turbine, construite en 1982.

Pour finir, parlons des autres types de launch :
- Launch à Air Comprimé. Il y en a environ 5 dans le monde, et le premier est Hypersonic XLC ouvert en 2001. Il est suivi de près par le fameux Dodonpa, ouvert la même année.
- Launch par moteur Hydraulique. Il y en a environ 14 dans le monde. Le premier est Xcelerator, construit en 2002.
- LIM (Launch par aimants). On en compte environ 26 et le plus vieux est Flight of Fear, ouvert à Kings Island en 1996.
- LSM (launch par aimants). Le premier coaster de ce type est Superman : The Escape, ouvert en 1997 à Six Flags Magic Mountain. A noter que Rock’n’Roller Coaster, propulsé par LSM, est le premier launch coaster (et le seul) de France.
Enfin pour les launchs à pneus, c’est Hulk en 1999 qui est le premier !


Date :
13 Avril 2009
2,7

C’est en nombre de « g » l’accélération horizontale pendant le launch de Dodonpa, construit par S&S Power.
C’est énorme puisqu’en fait le train accélère de 0 à 172km/h en 1.8 secondes !

A titre de comparaison, une Formule 1 est capable d’accélérer de 0 à 100 km/h en 2.3 secondes, soit 1.3g. Et pour la décélération, une Formule 1 peut freiner de 300 à 65 km/h en 2.9 secondes, soit 2.3g de décélération.
Ces valeurs sont plus faibles, mais attention : un pilote de F1 va subir accélération et décélération sans cesse, et de façon prolongée pendant 2 heures ! Ce n’est absolument pas la même chose !

Voici quelques autres exemples d’accélérations : Hypersonic XLC avec 2.01g, Stealth avec 1.92g, Kingda Ka avec 1.66g, Top Thrill Dragster avec 1.4g, Fluch Von Novgorod (en considérant une vitesse initiale de 30km/h) avec 1.4g, Rita avec 1.21g, Desert Race avec 1.18g, Speed Monster avec 1.16g, Blue Fire avec 1.13g, Furius Baco avec 1.09g, et Rock’n Roller Coaster avec 0.97g.

N’oublions pas que de nombreux autres paramètres qualifient la « sensation » perçue lors du launch : câble ou aimants, ambiance etc…


Date :
6 Avril 2009
1 846

C’est à partir de cette année que l’on a vu apparaître les premières formes de looping dans une montagne russe.

Et c’est en France, plus précisément dans les jardins Fracasti, que serait apparu la première fois un looping. Très simple puisqu’il se composait d’une descente de 13 mètres de long, et d’une boucle de 4 mètres de diamètre, on appelait cela à l’époque un « chemin de fer centrifuge ».

Ensuite, le Flip Flap Railway de Coney Island, construit par Lina Breecher en 1895, fut la seconde montagne russe à posséder un looping. D’une taille de 7.80 mètres de diamètre et parfaitement rond, il faisait subir plus de 12G à ses passagers, ce qui a provoqué de nombreuses blessures.

Le premier looping ovale a été construit en 1901 à Coney Island par Edward Miller. Le coaster, nommé Loop-The-Loop n’a bizarrement pas été un franc succès, en partie parce que les visiteurs n’osaient que très peu s’y essayer ! Il a fait faillite quelques années plus tard.

Il faudra finalement attendre 1976, pour voir apparaitre un autre looping sur une montagne russe. C’est Anton Schwarzkopf qui a sauté le pas, avec Revolution, construit à Six Flags Magic Mountain. Ceci dit, le layout a été réalisé par… Werner Stengel !


Date :
30 Mars 2009
749

C’est en jours la durée de construction d’Expédition Everest à Walt Disney World !

Commencé le 20 mars 2004, le coaster n’ouvrira que plus de 2 ans plus tard, le 7 avril 2006 ! N’oublions pas que cette durée inclut la construction du décor et en particulier la montagne de 60 mètres de haut. Si on ajoute qu’il est également l’un des coasters les plus chers du monde (voir le Chiffre du 16 février 2009) il accumule décidément bien des records !

Plus dans les normes maintenant, la construction de Silver Star à Europa Park a duré 236 jours (début des travaux le 31 juillet 2001 à l’ouverture le 23 mars 2002).

Le plus haut coaster du monde, Kingda Ka, a nécessité 224 jours de construction (du 23 octobre 2004 à l’ouverture le 20 mai 2005), ce qui est peu, puisque dans ce laps de temps sont inclus les tests, qui ont duré assez longtemps.

De plus la construction de Maverick à Cedar Point a duré 254 jours, soit 1 mois de plus que pour Kingda Ka.
Un autre exemple, Griffon, l’imposante Dive Machine B&M a été construit en 220 jours.

On voit donc que la durée de construction des coasters les plus importants est toujours de l’ordre de 230 jours, mis à part certaines exceptions.

Mais parfois on peut faire bien plus vite : iSpeed qui est actuellement construction, n’a nécessité que 36 jours entre la pose du premier support et du tout dernier rail ! La construction n’est pas terminée, donc ce n’est pas strictement comparable aux chiffres ci-dessus, mais c’est quand même une sacrée prouesse !


Date :
23 Mars 2009
6

C’est le nombre de coasters européens dans le top 10 du « Best Roller Coaster Poll 2008 ».

Qui a dit qu’il fallait partir aux USA pour rider les meilleurs coasters ? Autant rester en Europe si l’on en croit ce sondage, puisque 6 des 10 meilleures montagnes russes sont dans l’Union Européenne.

C’est d’ailleurs une progression fulgurante puisqu’en 2007 sur ce même sondage il n’y en avait que 3 !

Côté woodens c’est moins bien puisque seulement 3 coasters des 10 meilleurs sont européens avec Balder, Troy et Colossos.

Côté Français…ce n’est guère réjouissant. Les 9 montagnes russes françaises notées dans ce sondage obtiennent un rang moyen de 223 sur 358…La meilleure, c’est Big Thunder Mountain, classée 91ème et la moins bonne c’est Goudurix, d’ailleurs bon dernier du sondage.
Côté wooden, on a un rang moyen de 100 sur 176…avec Tonnerre de Zeus 26eme et Anaconda…avant dernier !
Au moins, La France représente bien la fin du classement !

Un conseil, si vous en avez marre, allez faire un tour à Busch Garden Africa… Les coasters de ce parc obitiennent un rang moyen de ….20 sur 358 ! Sheikra est 17ème, Montu 18ème et Kumba 24ème ! Tout simplement !


Date :
16 Mars 2009
229

C’est le nombre d’années qui se sont écoulées depuis la création de Mack Rides par Paul Mack.
Créée en 1780, ce n’est pourtant qu’en 1920, soit 140 ans plus tard que la société commence à développer des attractions pour les fêtes foraines. Entre 1780 et 1920, l’entreprise des Mack construisait des estrades et de autres constructions mobiles pour le domaine du spectacle et du cirque.
Ils sont restés à peu près dans le même domaine, à l’opposé d’autres sociétés.

C’est le cas de Vekoma, fondée en 1926 qui fabriquait des structures mécaniques agricoles en acier. Ce n’est qu’en 1967 qu’ils se sont diversifiés, en commençant par construire des grandes roues.

Maurer Söhne, quant à eux ont débuté en 1876 dans la construction métallique, ponts, bâtiments et autres ouvrages de génie civil. Leur première montagne russe a cependant ouvert en…1996 soit 120 ans plus tard !

Passons à Intamin, créée en 1967, qui a commencé par la construction de monorails urbains. C’est effectivement une entreprise récente, qui n’a « que » 40 ans d’existence.

Encore plus récent, Gerstlauer a été fondée en 1982, tout d’abord en tant que fournisseurs de composants électroniques pour…Schwarzkopf. Après la faillite de ceux-ci en 1992, ils on commencé à construire des attractions.

Le meilleur pour la fin, d’après vous B&M est une entreprise récente ou ancienne ? Eh bien le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle est récente puisque c’est la plus jeune de toute cette liste. Elle a été fondée en 1988 par Walter Bolliger et Claude Mabillard, deux anciens de Giovanola !


Date :
9 Mars 2009
0,7

C’est en g la décélération maximale autorisée par la norme française NF EN 13814 lors d’un freinage d’urgence.

Vous avez peut être entendu parler de cette norme, qui régit (plus ou moins efficacement) l’ensemble des paramètres pour la conception d’une montagne russe, ou d’un manège en général. La première version de cette norme date de 2004, et elle a été récemment corrigée suite à l’accident du booster en France.

Cette norme impose 0.5g de décélération maximale pour un freinage normal, et jusqu’à 0.7g pour un freinage d’urgence. Sachez également qu’on peut dépasser cette valeur, mais dans ce cas il est stipulé de prévoir des « équipements particuliers ».
Pour ce qui est des forces verticales, cette norme préconise 6g maximum pendant 1 seconde et -1.7g pendant 0.3 seconde (avec une pointe maximale à -2g). Plus globalement, les airtimes compris entre -1.5 et -2g ne peuvent pas excéder 0.5 seconde.
Pour ce qui est des forces latérales, on admet une pointe à 5g, pendant 0.01 seconde. Plus globalement, les forces g latérales comprises entre 2 et 5g ne peuvent excéder 0.2 secondes.

Vous voyez donc ici que la valeur maximale de l’accélération n’est pas le seul élément à prendre en compte ! La durée de l’accélération est un paramètre primordial qui varie avec un facteur 100 (entre 0.01 seconde pour les g latéraux et 1 seconde pour les g verticaux positifs).

La sensibilité du corps humain aux différentes orientations des forces est très variable : très sensible pour ce qui est accélération et décélération, très sensible aux forces latérales, et beaucoup plus sensible aux airtime qu’aux g positifs !


Date :
2 Mars 2009
17 592 113

C’est le nombre de riders qu’ont accueilli les 16 coasters principaux de Cedar Point aux Etats-Unis en 2008.

Alors dans tout ça, quel est le top 3 des coasters de Cedar Point qui ont le plus gros débit horaire ? (ou le plus gros attrait :-D). Dans l’ordre on a :
1) Magnum XL-200 avec 1 789 387 passagers
2) Millenium Force avec 1 683 845 passagers
3) Raptor avec 1 609 503 passagers

Ces chiffres, à la personne près, sont donnés par Cedar Point lui-même ! Notons au passage que ni Top Thrill Dragster (1 210 327 passagers), ni le magnifique Maverick (1 131 319 passagers) ne figurent dans le palmarès.

Amusons nous un peu avec ces chiffres : sachant que les trains de Magnum XL-200 embarquent 36 personnes, on peut donc dire avec certitude qu’un minimum de 49 700 trains ont été lancés en 2008. Dans la pratique ce nombre doit être augmenté, puisque les trains partent rarement pleins.

Dernier petit calcul. Sachant que le parc Cedar Point a ouvert 1504 heures en 2008, le débit horaire moyen de Magnum XL-200 est de 1189 personnes par heure. Sur internet, on peut trouver un débit maximal théorique de 2000 personnes par heure. De même, pour TTD, on trouve un débit moyen de 800 personnes par heure, alors que le débit maximal théorique est de 1500 personnes par heure.

Alors, chiffres mensongers ou bien peut être que Cedar Point n’est pas si bondé que ça en début et fin de saison !
Voilà de quoi planifier un trip en toute confiance !


Date :
23 Février 2009
1 200

C’est en millimètres la largeur des rails des loopers Vekoma (distance entre centres des tubes).

Dans sa gamme de coasters, Vekoma fabrique également des rails de 900mm de large principalement pour ses mine train (Colorado Adventure à Phantasialand, Big thunder Mountain à Disneyland) ainsi que des rails de 700mm pour les kiddies. Mais ce n’est pas tout, les nouveaux rails en T de Vekoma (Expedition Everest à Walt Disney World) ont une largeur de 1211mm, les rails de Stunt Fall à Parque Warner mesurent quant à eux 1219mm (wagons de 4 personnes de front). Enfin, les wooden Vekoma tels que Robin Hood à Walibi World sont de 1211mm de large.

Pour ce qui est des B&M, les chiffres sont à prendre avec des pincettes. Il s’agirait de la valeur standard de 1200mm pour les B&M standards et les inverted. Pour les dive machines, qui sont les seuls rails de B&M plus larges que les autres, on serait dans un fourchette comprise entre 1800 et 2100mm. Rien de plus précis…

Pour Intamin, on n’a aucune valeur à l’exception des inverted (900mm) et des wooden tels que Colossos à Heide Park (1146mm).

Enfin pour Mack, on oscille entre 950mm pour les spinning (Euromir à Europa Park), et 420mm pour les youngstar (Pegasus à Europa Park).

Il y existe des dizaines et des dizaines de valeurs différentes selon les modèles et les constructeurs, mais j’ai mis ici les plus intéressantes. Pour comparer, sachez qu’en France, les rails de la SNCF font 1435mm de large.


Date :
16 Février 2009
135 550 000

C’est en dollars, les prix d’achat cumulés des 13 coasters principaux du parc d’attractions Cedar Point aux Etats Unis.
Cette somme n’inclut pas les 2 kiddies du parc (Jr. Gemini et Woodstock Express) ainsi que les 2 plus vieilles montagnes russes (Blue Streak, 1964 et Cedar Creek, 1969).

Voici les coûts d’achat détaillés (ordre chronologique) : Corkscrew : 1 750 000 $, Gemini : 3 400 000 $, Wildcat : 1 000 000 $ (estimé), Disaster Transport : 7 400 000 $, Iron Dragon : 4 000 000 $, Magnum XL : 8 000 000 $, Mean Streak : 7 500 000 $, Raptor : 11 500 000 $, Mantis : 12 000 000 $, Millennium Force : 24 000 000 $, Wicked Twister : 9 000 000 $, Top Thrill Dragster : 25 000 000 $, Maverick : 21 000 000 $.

A titre de comparaison, l’investissement le plus élevé jamais fait pour une seule montagne russe (et la thématisation) s’élève à 100 000 000 $ ! Il s’agit d’Expédition Everest à Walt Disney World.


Date :
9 Février 2009
610

C’est en kilogrammes le poids d’un mètre de rails de X, le premier coaster 4th dimension au monde à Six Flags Magic Mountain.

Il ne faut pas oublier que ce coaster possède un système de double rail : 2 pour supporter le train, et 2 pour commander la rotation des sièges, qui fait de ce type de coasters sa spécificité.
De plus, ces rails doivent être suffisamment dimensionnés pour encaisser le poids du train qui s’élève à 22 836 kg quand même !
Avec un parcours de 1100 mètres, le poids total des rails de X² (sans les supports) s’élève donc à 671 000 kg, soit 671 tonnes !

Pour se rendre compte, rien ne veut une bonne comparaison. Les poids des rails d’un modèle type Corkscrew d’Arrow s’élève à « seulement » 268 kg par mètre.
On obtient là une bonne approximation du poids des rails Vekoma, étant donné que c’est à peu près la même forme !


Date :
2 Février 2009
5,4

C'est en mètres la largeur des wagons de Griffon, la Dive Machine B&M située à Bush Gardens Europe aux Etats Unis.

Avec 10 personnes de front sur une rangée, et 3 rangées par train (donc 30 personnes par train) on peut effectivement dire que les trains de Griffon sont démesurés.

Pour vous donner un ordre de comparaison, les wagons de Big Thunder Mountain à Disneyland mesurent 1,26 m de large (mesuré sur le terrain !). Autre exemple, un train Vekoma classique (style looper) mesure 1,34 m de large… Autrement dit, on peut en caser pas moins de 4 de front pour faire un train de Griffon !

Vous comprendrez pourquoi ce sont les trains les plus larges du monde !


Date :
26 Janvier 2009
0,9

C’est le nombre moyen de « blessures » dues à l’utilisation des coasters par millions de rides, en 2007, selon un sondage de l’IAAPA.

Selon ce sondage, c’est aussi le taux le plus élevé, en comparaison des 0.7 obtenus pour manèges pour adultes, et 0.5 pour les manèges pour enfants.

Attention cependant, par « blessures », on entend toutes sortes d’incidents, du plus léger au plus grave ! Mais en réalité, parmi tous ces incidents, seuls 2.7 % sont des « blessures graves », c'est-à-dire qu’elles ont entraîné une hospitalisation de plus de 24h. Autrement dit, on compte un taux de blessures sérieuses de 0.02 par million de rides ! Soit un accident grave tous les 50 millions de rides.

En extrapolant un peu, et en considérant une longueur moyenne des coasters de 1 km, on doit déplorer un blessé grave tous les 50 millions de km ! Plus sûr que la voiture ? On dirait bien !


Date :
19 Janvier 2009
20 800

C’est en chevaux la puissance développée par le moteur hydraulique de Kingda Ka, qui assure le lancement des trains !

Pour prendre un exemple plus récent, une Peugeot 207 développe environ 70 CV, il en faudrait donc tout de même près de 300 pour arriver à un moteur de même puissance.

Attention tout de même à ne pas faire d’amalgame : ces 20800 chevaux, soit 15.5 méga Watt (15.5 million de watts) ne correspond pas à la puissance électrique consommée !
Au contraire, contrairement aux LIM et LSM, les moteurs hydrauliques sont réputés pour avoir une consommation électrique assez faible. A titre de comparaison, le moteur hydraulique de Kanonen, qui développe 3 méga watt, ne consomme « que » 150 kilo watt (150 000 watts) d’électricité…


Date :
12 Janvier 2009
37 500 000
C’est le chiffre d’affaires en Euros de l’entreprise Mack Rides en 2007, donnée par le Kompass, l’annuaire des entreprises.

Mack Rides, qui ne construit pas seulement des coasters, mais aussi des attractions et flat rides, est solidement implantée, et depuis très longtemps en Allemagne. Elle possède aussi sa propre usine de construction, à Waldkirch en Allemagne, ce qui explique son chiffre d’affaires élevé.
Pour autant, le parc d’attractions Europa Park qui appartient à Roland Mack ne fait pas partie de l’entreprise ; son chiffre d’affaires n’est donc pas pris en compte. Tous les ans, cette entreprise de moins de 100 salariés vend entre 6 et 12 attractions (coasters compris) à travers le monde.